Petite sociologie sur le concept de «MARIAGE POUR TOUS» : le pourquoi du comment non à la Gay Pray

 

1.       Thèse :

Dans tous les cas –il est temps de le dire - je préfère le critère «âge» pour «l’égalité des droits» du genre humain au critère «sexe» et «couple homosexuel». Pourquoi ? Comment cela se ferait en ces temps qui courent ?

 

2.       Problématique sociologique :

Après des débats houleux (faux débats en somme) aux Parlements Anglais et Français entre autres Assemblées et Chambres parlementaires, il est temps qu’on soit censé et amener à répondre à la question suivante : et-ce qu’il est normal, ou même légal qu’un couple homosexuel n’aie pas les mêmes droits au et du mariage ? Les mêmes droits à l’héritage et à la succession ? Les droits équivalents à tous de la transmission du nom de famille à l’enfant né «hors procréation naturelle» ? Est-il acceptable la «procréation médicale assistée » ? Est-il souhaitable la «gestation par autrui » ? Pourquoi veut-on défavorisé le couple connu et constitué couple hétérosexuel, rangé, déclaré conforme ? Il est légitime toute fois de s’ouvrir et de s’inviter soi-même au débat, à tous débats de société sur ce sujet que l’on voudrait délicat à cause de la pudeur des uns qui correspond au manque de pudeur des autres. Lons savoir.

 

3.       Cause insensée de la «fracture sociale»

Cela ramènerait le concitoyen du monde, contemporains de ce 21ème siècle à s’affabuler d’inquiétudes anormales (eschatologie du savoir) et à vivre d’incessantes interrogations en devenant plus qu’ultra néoconservateurs. Notamment en renforçant davantage l’aliénation surfaite qu’elle (la question à l’ordre du jour ou affabulation) ferait peser «menaces» de déchéance de la race humaine. Surtout chez tous ces esprit fragiles à l’excès, de tous ces gens sans opinion réfléchie ou attitude ferme de «tolérance zéro». Comment ? Par quelles étapes et procédures ? Allons savoir !

 

4.       Effet contraire attendu

Primo, d’un point de vue strict, il est préférable, en tous cas pour moi qui suis favorable à çà, que l’on permît à ce moment là, la détection précoce des »binômes» du génome humain pouvant être faits l’un pour l’autre (tradition des Toucouleurs du Sénégal Oriental et des Soninké marakas de l’ouest du Mali), en autorisant ces jeunes pousses, à contracter très tôt une «union matrimoniale» conforme à l’éthique biologique, avant toute éventuelle conjugalité normale, mûre et acceptée au lit par consentement de la vierge jeune fille donnée à épouser et atteignant sa majorité légale à terme. La chambre nuptiale du père et de la mère faisant seule référence imaginative pour lieux d’aisance, en dehors des toilettes privées de soulagement corporel.

 

5.       Effet recherché «impact sociologique»

De deux, cela reviendrait tout simplement à accorder à nos enfants, non plus le droit de choir (déclaration universelle des droits de l’Homme) le genre poly forme qu’ils voudront incarner (liberté d’expression corporelle), mais le droit assujetti de choisir le partenaire croyant € ou mécréant €, fidèle ou infidèle, vertueux ou volage, monogame ou polygame, avec lequel, laquelle, ils (elles) voudront finir leurs vieux jours auprès de lui ou d’elle. Mais dans un partenariat sincère de rapports normaux et légitimes dits «hétérosexuels».

 

6.       Effet imminent à attendre

De trois, il serait ainsi beaucoup plus aisé de ramener tout le monde à la raison, avant de perde pied pour de bon et de s’enfoncer dans les eaux boueuses et profondes des élucubrations humaines). Au lieu de chercher coûte que coûte, vaille que vaille à défier les lois de la nature biologique de l’homme et les préceptes issues de la Volonté Divine. Toutes choses qui semblent être le cadet des soucis à ces gens qui n’ont d’autres manière de récuser les arguments fiables qu’on leur oppose qu’en traitant les citoyens avertis d’homophobie, pour ce qu’il y a de part à co-assumer leur infirmité ou leur handicap ou leur maladie ou leur perversion. Ces gens de la Gay Pray et lesbiennes (GLBA).

 

7.       Panacée et désaveu

Last, but not the least ! Quant aux lesbiennes (rapport sexuels de femmes à femmes), où qu’elles soient – s’il est vrai que partout dans le monde elles constituent la majorité démographique- présentes et supérieures en nombre en tant que «junte féminine au pouvoir» ou «genre féminin émancipé dominant le mâle», elles doivent savoir monnayer prioritairement et autrement leurs talents et art de la séduction. En étant d’abord moins avides de biens matériels, moins nombrilistes par eurocentrisme, américano centrisme, afro centrisme etc.

Ensuite, dépasser la vindicte populaire, la polémique source et les questions de couleur, de frontières, de religions, de pays d’origine, de race d’appartenance et d’ethnie d’affiliation.

Enfin, accepter de se la «couler douce» dans les quatre coins du monde, et le plus légalement du monde. Par ricochet et par contrat matrimonial saisonnier sincère (rapports francs de confiance) ou de longue durée, irréversible (monothéisme pur appliqué), avec le partenaire masculin idéal de leur choix dans tous ces pays éloignés des leurs. Que ça soit la France, la Grande Bretagne, la Belgique ou les USA. Afin de favoriser la mixité culturelle du genre, en lieu et place de la perversion proposée à l’universel et à l’international, «projet de loi».Voilà mon sentiment intime là dessus et profonde conviction sur le sujet du moment.

 

8.       Conclusion

En conclusion : Dieu nous dit : ne suivez pas les pas du diable. Il est vôtre ennemi déclaré qui a juré d’égarer des milliers parmi vous. Le suivrez-vous pendant qu’on vous appelle à la vérité qui est observer LOI CORANIQUE ou BIBLIQUE et Parole d’Evangile ? Et non des nouvelles lois, constamment battues en brèches et adoptées sans prise réelle sur la réalité sociale vécue.

LEYE KHALY MOUSTAPHA, bobka_rasstaf@yahoo.fr, +221 70 797 03 58