L’ASO est passée à côté d’un véritable exploit qui aurait pu la relancer dans ce groupe A de la Ligue des champions (phase de poules). L’ASO est passée à côté d’un véritable exploit qui aurait pu la relancer dans ce groupe A de la Ligue des champions (phase de poules). Elle avait mené au score à quatre minutes de la fin de cette importante rencontre (2-1), mais l’arbitre marocain en avait décidé autrement en accordant un deuxième penalty après le premier accordé en première mi-temps et qui avait permis à Mouelhi de marquer un doublé qui lui a été généreusement offert par «l’homme au sifflet». De plus, le troisième but inscrit par N’jeng, l’ex –joueur de la JSMB, était entaché d’une nette position d’hors-jeu. Il faut dire que quand l’arbitre est contre toi, on peut dire que la victoire ne pourra pas vous sourire. Car, la prestation de l’ASO devant la meilleure équipe de Tunisie était diamétralement opposée de celle de l’aller, au stade Boumezrag de Chlef, devant l’autre équipe tunisienne l’ES Sahel (1-0). C’est le coach tunisien lui-même Nabil Maâloul qui le dit, puisqu’il a été surpris par l’audace et le culot des Algériens. Néanmoins, il n’a rien dit sur l’arbitrage estimant que son équipe a mérité de l’emporter. Ce n’est pas, à vrai dire, le cas, du fait que l’ASO de Belhout a fait montre d’un visage assez séduisant. Certes, le début des Tunisiens était assez fort, mais Ghalem et sa défense, surtout avec le retour de Zaoui et de Zazou, ont été très hermétiques. Puis, comme les locaux n’ont pas réussi à marquer, c’est un peu l’arbitre qui leur donnera un coup de pouce en leur accordant un penalty assez contestable que transformera Mouelhi (28’). En dépit de ce but, les Algériens ne perdront pas le nord et parviendront avec brio à égaliser sur une tête de Mellouli sur un corner de Nessakh (42’). Les pendules sont ainsi remises à l’heure. En seconde mi-temps, les chevauchées de Meassaoud et autres ont donné bien des soucis à la défense adverse. Le Chélifien avait failli, à chaque fois, tromper la vigilance de Bencherifa. Et à 4 minutes de la fin de cette joute-derby, profitant d’une erreur défensive, Ali Hadji, incorporé en 2e mi-temps à la place de Zaouche (86’), corsera la note. C’était pour le moins mérité. Sur l’action tunisienne, l’arbitre marocain accorde un second penalty aux gars de l’EST permettant à Mouelhi d’égaliser pour son équipe (87’). Alors que l’on s’acheminait vers ce score de parité, N’djeng, dans une position de hors-jeu assez nette, inscrit le but victorieux pour son équipe au grand dam des Algériens qui n’avaient pas besoin d’un tel coup de « massue ». En plus de cela, l’arbitre marocain fera expulser Messaoud, le meilleur attaquant chélifien. C’est vraiment inadmissible de voir un tel arbitrage presque à sens unique et qui a faussé cette rencontre. L’ASO aurait pu relancer la course à la qualification aux demi-fianles. Pour le moment, les deux clubs tunisiens, l’EST et l’ESS, ont pris une sérieuse option en engrangeant six points sur ls six possibles. Certes, l’ASO n’est pas encore éliminée, mais sa situation se complique à cause de la partialité de l’arbitrage, du moins dans cette deuxième sortie. Hamid Gharbi