Blogs

Petite sociologie sur le concept de «MARIAGE POUR TOUS» : le pourquoi du comment non à la Gay Pray

 

1.       Thèse :

Dans tous les cas –il est temps de le dire - je préfère le critère «âge» pour «l’égalité des droits» du genre humain au critère «sexe» et «couple homosexuel». Pourquoi ? Comment cela se ferait en ces temps qui courent ?

 

2.       Problématique sociologique :

Après des débats houleux (faux débats en somme) aux Parlements Anglais et Français entre autres Assemblées et Chambres parlementaires, il est temps qu’on soit censé et amener à répondre à la question suivante : et-ce qu’il est normal, ou même légal qu’un couple homosexuel n’aie pas les mêmes droits au et du mariage ? Les mêmes droits à l’héritage et à la succession ? Les droits équivalents à tous de la transmission du nom de famille à l’enfant né «hors procréation naturelle» ? Est-il acceptable la «procréation médicale assistée » ? Est-il souhaitable la «gestation par autrui » ? Pourquoi veut-on défavorisé le couple connu et constitué couple hétérosexuel, rangé, déclaré conforme ? Il est légitime toute fois de s’ouvrir et de s’inviter soi-même au débat, à tous débats de société sur ce sujet que l’on voudrait délicat à cause de la pudeur des uns qui correspond au manque de pudeur des autres. Lons savoir.

 

3.       Cause insensée de la «fracture sociale»

Cela ramènerait le concitoyen du monde, contemporains de ce 21ème siècle à s’affabuler d’inquiétudes anormales (eschatologie du savoir) et à vivre d’incessantes interrogations en devenant plus qu’ultra néoconservateurs. Notamment en renforçant davantage l’aliénation surfaite qu’elle (la question à l’ordre du jour ou affabulation) ferait peser «menaces» de déchéance de la race humaine. Surtout chez tous ces esprit fragiles à l’excès, de tous ces gens sans opinion réfléchie ou attitude ferme de «tolérance zéro». Comment ? Par quelles étapes et procédures ? Allons savoir !

 

4.       Effet contraire attendu

Primo, d’un point de vue strict, il est préférable, en tous cas pour moi qui suis favorable à çà, que l’on permît à ce moment là, la détection précoce des »binômes» du génome humain pouvant être faits l’un pour l’autre (tradition des Toucouleurs du Sénégal Oriental et des Soninké marakas de l’ouest du Mali), en autorisant ces jeunes pousses, à contracter très tôt une «union matrimoniale» conforme à l’éthique biologique, avant toute éventuelle conjugalité normale, mûre et acceptée au lit par consentement de la vierge jeune fille donnée à épouser et atteignant sa majorité légale à terme. La chambre nuptiale du père et de la mère faisant seule référence imaginative pour lieux d’aisance, en dehors des toilettes privées de soulagement corporel.

 

5.       Effet recherché «impact sociologique»

De deux, cela reviendrait tout simplement à accorder à nos enfants, non plus le droit de choir (déclaration universelle des droits de l’Homme) le genre poly forme qu’ils voudront incarner (liberté d’expression corporelle), mais le droit assujetti de choisir le partenaire croyant € ou mécréant €, fidèle ou infidèle, vertueux ou volage, monogame ou polygame, avec lequel, laquelle, ils (elles) voudront finir leurs vieux jours auprès de lui ou d’elle. Mais dans un partenariat sincère de rapports normaux et légitimes dits «hétérosexuels».

 

6.       Effet imminent à attendre

De trois, il serait ainsi beaucoup plus aisé de ramener tout le monde à la raison, avant de perde pied pour de bon et de s’enfoncer dans les eaux boueuses et profondes des élucubrations humaines). Au lieu de chercher coûte que coûte, vaille que vaille à défier les lois de la nature biologique de l’homme et les préceptes issues de la Volonté Divine. Toutes choses qui semblent être le cadet des soucis à ces gens qui n’ont d’autres manière de récuser les arguments fiables qu’on leur oppose qu’en traitant les citoyens avertis d’homophobie, pour ce qu’il y a de part à co-assumer leur infirmité ou leur handicap ou leur maladie ou leur perversion. Ces gens de la Gay Pray et lesbiennes (GLBA).

 

7.       Panacée et désaveu

Last, but not the least ! Quant aux lesbiennes (rapport sexuels de femmes à femmes), où qu’elles soient – s’il est vrai que partout dans le monde elles constituent la majorité démographique- présentes et supérieures en nombre en tant que «junte féminine au pouvoir» ou «genre féminin émancipé dominant le mâle», elles doivent savoir monnayer prioritairement et autrement leurs talents et art de la séduction. En étant d’abord moins avides de biens matériels, moins nombrilistes par eurocentrisme, américano centrisme, afro centrisme etc.

Ensuite, dépasser la vindicte populaire, la polémique source et les questions de couleur, de frontières, de religions, de pays d’origine, de race d’appartenance et d’ethnie d’affiliation.

Enfin, accepter de se la «couler douce» dans les quatre coins du monde, et le plus légalement du monde. Par ricochet et par contrat matrimonial saisonnier sincère (rapports francs de confiance) ou de longue durée, irréversible (monothéisme pur appliqué), avec le partenaire masculin idéal de leur choix dans tous ces pays éloignés des leurs. Que ça soit la France, la Grande Bretagne, la Belgique ou les USA. Afin de favoriser la mixité culturelle du genre, en lieu et place de la perversion proposée à l’universel et à l’international, «projet de loi».Voilà mon sentiment intime là dessus et profonde conviction sur le sujet du moment.

 

8.       Conclusion

En conclusion : Dieu nous dit : ne suivez pas les pas du diable. Il est vôtre ennemi déclaré qui a juré d’égarer des milliers parmi vous. Le suivrez-vous pendant qu’on vous appelle à la vérité qui est observer LOI CORANIQUE ou BIBLIQUE et Parole d’Evangile ? Et non des nouvelles lois, constamment battues en brèches et adoptées sans prise réelle sur la réalité sociale vécue.

LEYE KHALY MOUSTAPHA, bobka_rasstaf@yahoo.fr, +221 70 797 03 58

Article de presse d’après Magal de Touba (18 Safar 1434) :

MA RELIGION EST MAL COMPRISE :

Avis aux non-voyants et malentendants, pires ennemis de l’Islam

Regroupons-nous pour toujours rester soudés et assez forts, pour nous ériger en bouclier d’acier de l’Islam et se prémunir des agressions de nos agresseurs, nos pires ennemis qui ne cherchent qu’ saper notre moral et à corrompre notre foi de musulman, en s’attaquant insidieusement et de façon périodique à l’illustre Envoyé de Dieu, le Prophète (Psbl). Que ce soit avec leurs plumes ou à travers leurs paroles mécréantes. Voilà en substance, ce que l’on peut retenir du khoutba (sermon) du Khalife Général de la Mouridiyana, Serigne cheikh Sidy Mokhtar M’Backé, à l’occasion de l’édition 2013 du Grand Magal de Serigne Touba (Khadim Rassoul, serviteur du prophète). Qu’un tel discours provienne à son heure et de la bouche d’un de ses petits-fils, descendant du frère utérin de Mouhammadou Moustapha, en lu, Serigne Mouhamadou Lamine Bara M’Backé, l’homme à l’histoire rocambolesque et aux mille fracas de ce que peut-être un vrai M’Backé-M’Backé.

1.    Le Démiurge

Je m’en vais d ce pas écrire pour la postérité ce que le Saint Homme Serigne Saliou (que Dieu soit satisfait de lui), aimait à leur enseigner, sans les pervertir, ni les rendre dévergondés et gonflés à leurs parents, à leur sortie d’école.

Tout d’abord leur dire que la religion qu’on leur a fait assimiler, est très mal comprise par tous ceux qui s’acharnent sur elle, en orient comme en occident ; au Nord de l’Afrique subsaharienne comme au centre, à l’est et au sud. Et ce, par tous ceux et toutes celles qui s’évertuent, en s’appliquant nuit et jour, à imiter leurs devanciers, qui eurent à embrasser l’islam ou le christianisme avant eux et qui leur ont enseigné les préceptes religieux, faits de moral et de soumission à la volonté divine. Voilà bien là du beau monde, vers qui aller prêcher l’Islam non dénaturé.

2.    Le Disciple

Ensuite, je voudrais leur expliquer en mon for intérieur, brièvement le contenu de l’enseignement qu’ils ont reçu, à leur sortie d’école, muni de leurs diplômes (un exemplaire du Saint Coran, généralement) et heureux récipiendaires qu’ils sont (bénéficiaires de largesses humaines, de tapis de prière, d’habits neufs, d’un chapelet pour célébrer le culte musulman et une bouilloire pour s’acquitter du rituel de l’ablution en cas de souillure, aux heures indiquées de prières etc.).

Car cet enseignement, leur a été dispensé par des maîtres coraniques, vigilants précepteur et travaillant nuit et jour pour eux (leur épanouissement spirituel et leur formation éthique). Sous l’œil examinateur d’un Grand Examinateur qui Est Maître du Trône (Dieu Lui-Même).

De ce fait, tous faits se rapportant au Livre, aux paroles entendues du prophète, aux récits révélés sur les Saints par d’autres saints qui sont passés avant eux, à la jurisprudence islamique en matière de foi et de clarification, de près ou de loi, de fond en comble, comme en surface, les concernent. Et ils pourront faire face à toute discussion contradictoire portant sur la recherche du pont focal de convergence pour la Vérité, avec un tel outillage.

Comme le fît jadis, feu le Professeur Cheikh Anta Diop (Pharaon du Savoir), au Caire en Egypte, en 1974, devant un parterre de scientifique de sa trempe et de sa discipline, en faisant reconnaître la primauté de la thèse qui dit que : «L’AFRIQUE EST LE BERCEAU DE L’HUMANITE ». Rappel pour rappel, en ce 1er janvier 2013, jour de l’an, chômé, férié et payé dans la quasi-totalité des pays du monde libre et moderne.

3.    L’aventure mystique

Enfin, je leur apprendrai, en guise de libération et de Salam livré (paix et salut, paroles de la part d’Un Seigneur Très Miséricordieux), trois choses qui me tiennent à cœur, qui me paraissent essentielles à restituer, et que j’aurai retenu de l’histoire d’un grand maître du Coran, lui-même savant érudit, rédacteur pionnier de «Khassaïdes», œuvres élégiaques entièrement dédiées au prophète Mohamed (SAW).

a.     Primo l’Accent toubab :

Le colonisateur et ses auxiliaires (dont un certain Samba Laobé) jamais n’auront la prétention ni la munificence de nous dire de Serigne Touba, plus que ce que nous devions en apprendre grâce à ses compagnons et talibés qui lui ont subsisté contemporains locaux. Plus que çà ! Qui le connaît suffisamment bien étant eux encore, non plus, jamais, il ne sera de leur intérêt de dévoiler à la postérité actuelle, tout le précieux et le bien-fondé réel qu’ils ont pu tirer du marabout et qu’ils savent de leur déporté en exil sept ans durant. Le confrontant avec des djinns et face à toutes sortes d’épreuves et le confondant en son for intérieur avec sa part de vérité. Résultat des courses ! Samba Laobé a voulu voir de ses propres yeux ce qu’il ne devait jamais voir et en a eu pour son œil pété, pour avoir voulu observer d’un œil ce qui s’apprêtait à se dérouler miracle sous ses yeux, pendant que le marabout lui enjoignait de fermer les yeux, et qu’il n’a obéi qu’à moitié en fermant un seul œil, curieux qu’il était décidé à assister au miracle sur mer. Quant à ses chefs, maîtres du navire «Le Pont de Pernambouc», pour prix de leur incrédulité, ils ont eu droit à assister à un spectacle féerique inimaginable et digne du Nom de Dieu : «ALLAHOU AKBAR» ! DIEU EST GRAND !

b.     Secundo, l’Accent Arabe :

A beau mourir un jour passé, futur, proche et/ou lointain ou prochain, quiconque tu seras, tu seras âme à goûter à la mort. Et l’Ange de la mort se présentera à toi, pour ensuite te présenter à celui qui vit et qui ne meurt jamais. Celui-là même que les Maures de Mauritanie ne voulaient pas avoir pour Imam, lors de sa résidence surveillée, pour sa couleur d’homme noir et à cause de leur autosuffisance spirituelle de lettrés arabe en langue arabe claire et évidente, pour devoir accepter qu’un simple homme, venant de nulle part, officia la prière à leur place et en les guidant. Que nenni ! Que nenni ! Quelque soit la valeur intrinsèque indiscutable de cet homme, ressortissant du territoire voisin sous domination coloniale à l’époque.

Les trois jours de la tombe de celui là ou de celle –là, sauront amplement cette vérité. Mais la personne indiquée, elle sera absente de ce monde, qu’elle aura déjà quitté, pour être empêchée de témoignage juste et vrai à l’égard de ses contemporains.

c.      Tertio, l’Accent aigu de petit humain

In fine, sans doute le plus important, le nouveau-né, livrant son premier cri de joie ou de détresse, ouvrant les yeux sur un monde tout nouveau pour lui ou elle, verra, quant à lui (garçon) ou quant à elle (fille), de ses propres yeux, tout souriant (peut-être), tout aigri (il se peut), celui que tout le monde voit ici au Sénégal, en image et reconnait à son visage si singulier : l’icône du Marabout Cheikh Ahmadou Bamba.

Mais, le bébé est immature à raison, pour professer juste de la vérité de la lumière du jour qu’il ou elle aperçoit. Sa langue n’est pas encore déliée comme l’enfant de Marie la vierge, Jésus Christ (Nabbilaï Issa Roukhoulahi, l’Esprit de Dieu, Son Verbe, Sa Parole). C’est cette vérité qui se trouve être au début du travail du Serviteur du prophète, qui a consacré toute sa vie à Dieu et à Son prophète, l’élu fine fleur de choisis. Et, paradoxalement aussi, à la fin, lors de leur rencontre secrète, loin des yeux et des regards, pendant l’appel à une juste rétribution de toute son œuvre au serviteur, des mains pleines de Qui il devait recevoir ces dons supplémentaires de Dieu et d’après les nobles intentions du Messager d’Allah, qui lui aurait voté cette faveur en dernier lieu, avant de se rendre compte avec lui, en présence de lui, de la vraie face d’Allah Soubhannalah Wata’Allah. Le mystère est loin d’être percée puisque Cheikh Ahmadou Bamba n’est quelqu’un qu’on pourra connaître dans ce bas-monde, si ce n’est au jour du rassemblement, lorsque l’Ange Israfil aura soufflé dans la trompette. Raison pour laquelle Bamba est bien loin d’avoir livré tousses secrets aux siens.

A vous d’en retenir la leçon d’humilité : car tout devra disparaître, et seule subsistera la face noble et majestueuse de ton Seigneur (Al Wahjj). Paroles du Saint Coran.

 

Par Lèye Khaly Moustapha

SenPOLITIK

SenPOLITIK est un site
d'Analyses et
de Chroniques hebdomadaires sur
l'Actualité Politique Sénégalaise.

http://momaridrissa.seneweb.com/

DEVISE : Lire et Partager !


www.samavideo.e-monsite.com
L’ASO est passée à côté d’un véritable exploit qui aurait pu la relancer dans ce groupe A de la Ligue des champions (phase de poules). L’ASO est passée à côté d’un véritable exploit qui aurait pu la relancer dans ce groupe A de la Ligue des champions (phase de poules). Elle avait mené au score à quatre minutes de la fin de cette importante rencontre (2-1), mais l’arbitre marocain en avait décidé autrement en accordant un deuxième penalty après le premier accordé en première mi-temps et qui avait permis à Mouelhi de marquer un doublé qui lui a été généreusement offert par «l’homme au sifflet». De plus, le troisième but inscrit par N’jeng, l’ex –joueur de la JSMB, était entaché d’une nette position d’hors-jeu. Il faut dire que quand l’arbitre est contre toi, on peut dire que la victoire ne pourra pas vous sourire. Car, la prestation de l’ASO devant la meilleure équipe de Tunisie était diamétralement opposée de celle de l’aller, au stade Boumezrag de Chlef, devant l’autre équipe tunisienne l’ES Sahel (1-0). C’est le coach tunisien lui-même Nabil Maâloul qui le dit, puisqu’il a été surpris par l’audace et le culot des Algériens. Néanmoins, il n’a rien dit sur l’arbitrage estimant que son équipe a mérité de l’emporter. Ce n’est pas, à vrai dire, le cas, du fait que l’ASO de Belhout a fait montre d’un visage assez séduisant. Certes, le début des Tunisiens était assez fort, mais Ghalem et sa défense, surtout avec le retour de Zaoui et de Zazou, ont été très hermétiques. Puis, comme les locaux n’ont pas réussi à marquer, c’est un peu l’arbitre qui leur donnera un coup de pouce en leur accordant un penalty assez contestable que transformera Mouelhi (28’). En dépit de ce but, les Algériens ne perdront pas le nord et parviendront avec brio à égaliser sur une tête de Mellouli sur un corner de Nessakh (42’). Les pendules sont ainsi remises à l’heure. En seconde mi-temps, les chevauchées de Meassaoud et autres ont donné bien des soucis à la défense adverse. Le Chélifien avait failli, à chaque fois, tromper la vigilance de Bencherifa. Et à 4 minutes de la fin de cette joute-derby, profitant d’une erreur défensive, Ali Hadji, incorporé en 2e mi-temps à la place de Zaouche (86’), corsera la note. C’était pour le moins mérité. Sur l’action tunisienne, l’arbitre marocain accorde un second penalty aux gars de l’EST permettant à Mouelhi d’égaliser pour son équipe (87’). Alors que l’on s’acheminait vers ce score de parité, N’djeng, dans une position de hors-jeu assez nette, inscrit le but victorieux pour son équipe au grand dam des Algériens qui n’avaient pas besoin d’un tel coup de « massue ». En plus de cela, l’arbitre marocain fera expulser Messaoud, le meilleur attaquant chélifien. C’est vraiment inadmissible de voir un tel arbitrage presque à sens unique et qui a faussé cette rencontre. L’ASO aurait pu relancer la course à la qualification aux demi-fianles. Pour le moment, les deux clubs tunisiens, l’EST et l’ESS, ont pris une sérieuse option en engrangeant six points sur ls six possibles. Certes, l’ASO n’est pas encore éliminée, mais sa situation se complique à cause de la partialité de l’arbitrage, du moins dans cette deuxième sortie. Hamid Gharbi
le blog de lianoire
Ce blog sert de breuvage et s'intéresse à la culture-monde. Il brasse, actualités d'écriture, de lecture, et de voyages spécifiquement en terre d'Afrique. Qui pénètre dans mon antre, bienvenu soit-il.
Cours de Mathématiques
Opinions politiques et contributions sur le Sénégal et le monde entier.
 
Blod du professeur Amadou DIALLO

Cours de Mathématiques, Contribution et articles sur le Sénégal et le monde en général.
Aucun blog troué.
Pas d\'articles trouvés.
Pas de rédacteurs trouvés.