Sénégal Tribune

Sénégal Tribune a été pensé et créé par des Sénégalais soucieux d’avoir en partage les opinions, les stratégies et analyses de personnes n’ayant pour objectif  que de fédérer leurs efforts et d’influer concrètement sur les décisions qui régissent et régiront notre environnement socio-politique, notre économie, notre démocratie, notre société, l’éducation de nos enfants.

 Les articles de ce rédacteur


Une fable nous apprend la leçon donnée par un roi à son peuple qui allait s’entredéchirer sur la question de savoir s’il fallait franchir le lieu de culte avec le pied droit ou le gauche.

Microsoft, Nokia, Google, OVH, Samsung, Jouve, Siemens, Viadeo, Mozilla, nombreuses sont les firmes étrangères, petites et grandes, opérant dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui ont décidé d’ouvrir une représentation....

Comme une fatalité chromosomique en Afrique, les dirigeants politiques arrivent le plus souvent au pouvoir dans la violence ou par la violence. Ils exercent le plus souvent ce pouvoir comme des « envoyés de Dieu » des « forcenés »...

Jeudi 24 mars 2011, du  « sacré » BHL aux 20 Heures de France 2, pour justifier et faire avaler à l’opinion  la puante  pilule  de la guerre inutile  de Sarkosy en Lybie  et sa diplomatie de basse échelle version Jupé...

Cri aux Africains.

Ceux qui n’ont pas la liberté d’expression se battent pour l’obtenir ; ceux qui l’ont n’en usent pas.
Telle me semble être le paradoxe de l’Afrique.

La question mérite d'être posée, au regard du commentaire d'un enseignant chercheur, en réponse à  un article dans un blog...

Le jardin du Sénégal

«Conseiller le Prince ce n’est pas lui dire qu’il est un nouveau Dieu – il ne vous croirait pas – mais lui dire ses convictions, ce qui paraît utile pour le pays ; lui dire ce qu’on croit être juste, vrai, même si on se trompe : un Prince éclairé peut être « offusqué » par ce genre de Conseiller, mais l’appréciera en son for intérieur, plus que les flagorneurs, plus que le Conseiller larbin, duplice et dissimulateur»

Le ministre Madické Niang a accordé une interview au journal L’AS des 23-24 janvier 2010. Interpellé sur « l’interdiction de la vente de certains livres au (Sénégal) », il répond sans sourcilier ceci : « Vous avez vu une décision d’interdiction ? C’est seulement des gens qui veulent faire la publicité de leurs livres qui disent cela.
Pas d\'articles trouvés.
Pas de rédacteurs trouvés.