La dernière sortie malencontreuse du frère Babacar GAYE fustigeant la visite que le frère Karim WADE a rendue au frère Aliou SOW nous force le devoir d’interpeller le Comité Directeur de le rappeler à l’ordre d’autant que la fonction de porte parole ne cadre pas avec ses errements. Cette charge doit être confiée à quelqu’un qui a le sens des responsabilités, de la mesure mais surtout du discernement. Pourquoi Babacar GAYE ne s’est pas offusqué quand Karim WADE a rendu visite à Demba DIA et à d’autres qui ne sont pourtant pas de notre parti ?

Les querelles de tendances sont derrière nous.  La démarche de Karim WADE envers un citoyen quelconque doit faire tache d’huile à plus forte raison s’il s’agit d’un militant qui s’est toujours engagé aux côtés du Secrétaire Général National (SGN) pour la réalisation de l’idéal libéral et démocratique au Sénégal et au-delà. Cette rencontre entre frères de parti, même si elle est politique, n’est pas en déphasage avec les directives du Comité Directeur de remobiliser le Parti et de recoller les morceaux. C’est de la responsabilité de tout un chacun. Dans un contexte marqué par la réorganisation et l’élargissement des bases du PDS, il est fondamental pour chaque militant voire chaque responsable d’avoir un esprit de partage et d’ouverture à la place de la censure politique qui a fait perdre le parti avec les nombreux départs constatés. Ce n’est pas à Babacar GAYE de définir le modèle de militant car si pour lui Aliou SOW n’en est pas un, il n’a jamais quitté le parti encore moins invectivé le SGN. Les militants que nous sommes, nous nous insurgeons contre cette sortie car à la veille de nouvelles conquêtes, nous ne pouvons accepter que des querelles de bastion minent notre parti et que des responsables usent et abusent de leur position pour compromettre le travail qui est entrain d’être mené à la base. Malgré les multiples réalisations de notre régime, le peuple sénégalais nous a sanctionnés à cause de ce genre de comportements qui frisent le populisme sans aucune retombée politique et qui n’honorent pas notre parti. Il faudrait pour ce faire promouvoir des personnes capables de s’ouvrir et d’offrir des opportunités au parti et aux militants au grand bonheur du Sénégal très éprouvé par le manque de vision clairement définie du gouvernement actuel et son incapacité à proposer des solutions réelles aux multiples problèmes que traverse le pays. La seule chose qui vaille si nous voulons reconquérir la magistrature suprême, c’est justement ce changement profond qui doit s’opérer dans la Dignité, la Justice et la Fraternité. Plus qu’une nécessité, c’est un impératif.Pour éviter l’effritement de notre poids électoral, il nous semble clair qu’il faille redéfinir les axes d’un nouveau départ, avec des hommes et des femmes qui ne souffrent d’aucun complexe et qui sauront remobiliser les militants avec une nouvelle offre politique plus alléchante et plus productrice.

                                                                                  Mouhamadou FAYE                   

                                                   Militant PDS Section Communale Dieuppeul, Derklé, Dakar.