Strict Standards: Declaration of MySQLDb::LastId() should be compatible with Db::LastId($seq = '') in /home/sentribune/domains/senegaltribune.com/public_html/lib/mysqldb.php on line 29
Sénéga lTribune - contributions, revue de presse, opinions sur le Sénégal - http://www.senegaltribune.com
BU KEN SACC FILM BI (interdit de voler !)
http://www.senegaltribune.com/articles/7583/1/BU-KEN-SACC-FILM-BI-interdit-de-voler--/Page1.html
Khaly Moustapha Leye

 
Par Khaly Moustapha Leye
Publié sur 12/5/2012
 
Contre-attaque à attaques tous azimuts via presse internationale et nationale clôturée par un débat démocratique utile et fort en pédagogie, tel est le bilan de la session plénière...

BU KEN SACC FILM BI (interdit de voler !)

Contre-attaque à attaques tous azimuts via presse internationale et nationale clôturée par un débat démocratique utile et fort en pédagogie, tel est le bilan de la session plénière de ce jour (26 décembre 2012 du Parlement. Après Mermoz-Sacré-cœur (mairie attaquée il y a un an le 22décembre 2011, le Film-fiction politique  «LEGITIME DEFENSE», saison II, de Barthélémy Dias vient aujourd’hui à pape Abdoul MBaye, comme distribution de premier rôle. L’accusé du jour, sans illusion ni risques d’égarements s’est révélé être un Messie, un vrai député qu’il n’est pas, un grand chef d’entreprise, un bon Premier Ministre et un orateur hors pair (singulier).

Dans «jurom niar mo gen jurom  niar» (7 choses valent mieux que 7 choses),Serigne Touba,dont on se prépare à célébrer la 117ème édition de son départ en exil (MAGAL) pour le Gabon, le 21 septembre 1895 (18 Safar1310/1434), le 02 janvier 2013 à Touba, nous enseignait trois (3) choses essentielles que nous allons revivre dans le contexte du débat du jour, à l’Assemblée Nationale (Place Soweto) : le veto démocratique du vote pluriel de la motion de censure en séance plénière. Dans un tohu-bohu pas possible (impossible) à vivre au sein de l’hémicycle. Les Gendarmes ayant été finalement obligés de faire évacuer les chahuteurs libéraux, devenus agaçants et quasiment « fous », selon les propos de l’honorable Député, Moustapha Diakhaté, chef de file de «Benno Siggil Senegal» et président du groupe parlementaire majoritaire au pouvoir, la Coalition «Benno BokkYaakaar». Voilà pour lé décor de ce débat sans précédent, depuis le 17décembre 962 de la première motion de censure Mamadou Dia Versus Senghor-Lamine Guèye. Et voilà que pour la cinquième édition d’une motion de censure, c’est M. Hissène Habré qui s’invite au débat politique et parlementaire au Sénégal.
1.    Problématique : un cas d’école sans excuses valables, sans haine, ni aucune argumentation. D’abord dans le fond : «Bayi moy moo gen dekke jegalu». Dixit, Serigne Bamba. Dans la phase active des investigations sur les biens publics détournés, point d’orgue de l’ère de rupture du nouveau régime, marqué par la transparence de la justice, les députés PDS qui ont initié cette motion de censure, veulent non seulement continuer à s’agripper au pouvoir, mais faire œuvre utile en toute diversion, pour ralentir, casser la dynamique, stopper net la traque contre l’enrichissement illicite et les biens mal acquis qui les concerne et qui les poursuive. A travers une liste bien établie par le procureur spécial auprès de la CREI (cour de répression de l’enrichissement illicite et qui frappe déjà quatre (4) principaux leaders du camp libéral : Baldé, Wade, Sarr et !!!. «La culture de mal gouvernance» épinglée.

Conclusion :
En s’attaquant à la personne, au citoyen non politisé d’alors, au premier Premier Ministre du Président Macky Sall, et non à une ligne politique ou budgétaire progouvernementale, les initiateurs de la MOTION DE CENSURE ont été mal inspirés de vouloir confondre les torchons aux serviettes, pour nettoyer des casseroles mal curées et sans précaution d’usage. Arrêtez vite les pécheurs avant qu’ils ne se repentent, à défaut de prendre la fuite ou de s’immoler au feu avec une partie du peuple qu’ils tentent de convaincre de leur bonne foi. «Bay ginar néna nopil, dina wax akmom».

2.    Phénoménologie du savoir évident : «nulle échappatoire» (in Le Coran) Ensuite, (hors toute interférence théologique factuelle), «téré lu niaawmoo gen dekke niaan». Interdire le mauvais acte (vol commis) vaut mieux que passer sa vie à quémander (vol non commis ou isomorphisme de genre). Permettre une ouverture de compte à un client indélicat, fait passer un banquier propre, fils à un honnête citoyen, modèle de père et d’éducateur pour ses enfants (feu Me Kéba MBaye), comme receleur d’argent volé du peuple tchadien et blanchisseur d’argent à président déchu, exilé reçu en asile au Sénégal. Effectivement, si l’on veut. Si à l’époque, il y avait eu une Loi qui l’interdisait radicalement, cette vilaine pratique dénoncée partout ne serait pas commise sur notre sol national. Mais aujourd’hui, il est formellement interdit et cela, sous tous les Cieux, d’user de faux en politique (subterfuge) et de faire dans le faux (enrichissement illicite), de détourner des fonds publics à d’autres fins (prébendes politiques) et des arroger arbitrairement la part d’obole du contribuable, trop perçu et non perçu légalement ou légitimement (corruption banalisée). Que nul ne s’y trompe désormais donc ! Il ne peut y avoir d’exception à la règle du droit(le droit doit être dit et il est toujours dit). Et comme les «voleurs de la république» ont essaimé sur 12 ans, comme des mauvais champignons de la demande sociale exagérée, il n’est que trop clair que nul n’échappera à la Loi, car nul n’est censé ignorer la Loi et nul n’est au dessus d’elle (lexdura sed lex esto, salus populi suprema lex esto). Avis à ceux qui cherchent à se disculper (la bande des quatre premiers et principaux additionnables) ou à s’auto-inculper (ce qui vous coûtera cher au finish me Sall), au profit d’une tierce autre personne, fût-il le fils chéri de Papa Wade, et qui ont (Wade, sa famille et le PDS) «macoutisé» le Sénégal, qu’on veut aujourd’hui tant y mettre fin : à l’arrogance par l’argent et les titres et l’impunité de l’Etat Macoute de Wadesons Ken du mucc !
3.    Objet social étudié : «barrage totalement défendu de franchir» (in le Coran).Halte à la corruption ! Enfin ! 20h.20mn. La motion de censure n’a pas été adoptée ou MDCR (motion de censure rejetée). «Fateliku Allahira moo gen faanané juli». Mieux vaut se souvenir, comme Serigne Mansour Sy (Rdla) du jour dernier qui nous reste à vivre, au-delà du 21 décembre 2012 (prophétie MAYA), que de continuer, persister à prier faussement en bon hypocrite. La sentence est claire : «honte à ceux qui n’ont pas honte d’avoir honte»a sentencieusement élevé le ton, l’honorable député, Moustapha Diakhaté, sous lil superviseur du président de l’Assemblée Nationale, son Excellence Moustapha Niasse. D’après Maître (ss) e Aïssata Sall, députée PS, dans la coalition «Benno Bokk Yaakaar», le Premier Ministre devra porter plainte pour diffamation. Sans commentaire, si ce n’est le constat d’un magma social prégnant, dans un champ magnétique électrisant de repenti social, de regrets sentimentaux, de chagrins personnels, de gênes inexpliqués, fertiles semences à tant de perception négative, de lassitude injurieuse et de taux de découragements observés «comportemental hostile». Finalement, c’est par 14 voix pour la motion de censure sur 76 voix requises, que le veto de la majorité parlementaire de la coalition «Benno Bokk Yaakaar» a triomphé sans grande gloire au sein de l’hémicycle des 150 députés élus de la Nation. Vu que M. le Chef du Gouvernement s’est lui-même révélé un bon avocat défenseur, et de Macky Sall, et de lui-même, et de la mémoire de son père, et du rang de sa famille, et des politiques mises en orbite par le programme présidentiel«Yonu Yoku Yokuté». Un vrai d’Artagnan, écuyer du Roi de France. A l’applaudimètre (audimat et sondage), le peuple arbitrant et témoin oculaire aura vécu d’intenses moments d’affliction et de frictions politico-politiciennes en direct. Pour se dire en lui-même «kuy ayé xoxumango, do ko may dom». Essai de traduction libre : «Celui qui interdit de toucher au fruit de l’arbre de vie, tu ne lui donneras pas d’enfant».L’interdit et la règle de droit, le permis et le licite face à la parole et à sa valeur intrinsèque : l’honneur sauf des gens !
*Lèye Khaly Moustapha, sociologue, chercheur, universitaire, journaliste free lance, électeur inscrit Pro PVD et militant panafricaniste membre du Rassemblement National Démocratique (RND-JPCAD- Jeunesse Panafricaniste Cheikh Anta Diop). Mèl : bobka_rasstaf@yahoo.fr, 707.970358, Médina(Dakar).Ce jour, mercredi 26 décembre 2012, pour servir et valoir ce que de droit.