Prélude (Pour un monde sans dictat des satanistes qui étouffent nos Etats)             

Oraison funèbre pour Mya, l’agneau du sacrifice

Toutes ces certitudes qui nous « rassurent »
Finiront un jour par nous engloutir
Dans un gouffre sans fin

L’immobilisme est  révoltant

Dans des vies, des villes et villages
Où de l’aube au crépuscule
Le temps « pue le scandale
Le crime, et la mauvaise conscience »
Autant fouiller dans les ordures
La  raison et la foi des dignités  perdues

Debout les lumières cachées
Debout les vérités abandonnées
Debout le courage du dire
Debout le dire courageux
Et au bout du tunnel de nos peines
Hura sur tous ces tyrans
Qui agissent sous les ordres de Satan

Hura sur tous ces Grands Maîtres
Qui tirent les ficelles sordides de nos Etats
Avec la complicité des spiritualistes corrompus
Et de certains de nos dirigeants marionnettes pourris

Nos peuples ont faim
Nos peuples ont soif
Nos peuples agonisent
Dans les ferres des politiques
Du FMI et de la Banque Mondiale
Qui les tuent à Grand feu

Nos peuples agonisent
Dans les souffres des camorras d’Etat
Et des lobbies à col blanc
Nos peuples agonisent
Dans les calculs et cactus cabalistiques
Des hérauts aux tabliers suspects
Qui « tuent » Dieu dans leurs Temples
Pour fortifier leurs fortunes et forfaits funestes
Mais Dieu ne meurt pas car il est le maître de la mort

Refusons de nous conformer à leur conformisme
Là-bas, tout s’arrête aux limites de l’obscurantisme 

Ah ! Mon frère… ma sœur… 
Faudrait-il tout brûler ?
Pour tout recommencer ?

Brûler leur mythomanie ?
Brûler leur mégalomanie ?
Brûler leur malhonnêteté ?
Brûler leur méchanceté ?
Bruler leur nouvel ordre mondial
Bruler jusqu’aux cérémonies d’initiations
Dans les temples des lumières obscures
Prostitué(e)s vêtu(e)s de rouge pourpre écarlates
A la croix renversée à la gloire de la lignée luciférienne
Je vous dis :
« Seule la flamme libère de vos ferres…
La flamme de la foi en Dieu»

Ah ! Mon frère… ma sœur… 
Ces illuminateurs nous ferrent
Dans l’enclos des jouissances sataniques
Et dans les labyrinthes de l’ignorance
 
Et demain, devant Dieu
Qui sauvera nos cœurs des ferres de l’enfer ?
Car demain sera
Et la Trompette chantera
A nos âmes effrayées
… Pas la Renommée nue soufflant dans sa trompette d’or
Là-bas à la porte de l’océan hennissant de désenchantement
Mais la Trompette du Seigneur
Appelant au grand rassemblement
Le jour du jugement dernier

Oui la Trompette chantera
Devant leurs âmes effrayées

Mya, ma sœur…
Mon cœur souffre d’une douleur plus dure
Qu’un coup de Règle sur l’épaule
Mon cœur endure plus qu’un coup de Levier à la nuque
Il saigne d’une blessure plus béante
Qu’un coup de Maillet sur le front  

Aucune règle ne peut mesurer ma douleur
Face à ce monde immonde sous le dictat de la Bête

Oh Dieu, le miséricordieux
Aie pitié de son âme !
Mya, l’agneau du sacrifice…

Je le savais
Oui !
Tafsir savait

Bâtisseurs d’obélisques
Sur les misères du peuple
… Erection de statues
De la réincarnation des satanistes
Quel défi lancé à Dieu !

Mais le Seigneur les écrasera tous
Comme il a écrasé Pharaon, l’ennemi de Moïse
Car il est l’unique maître du temps,
De l’espace, du visible et de l’invisible…
Il est l’unique lumière qui vaille
Oui il les écrasera tous
Du sommet jusqu’au pied de la pyramide
(…)

Oh ! Mya ma sœur !
C’est là ton oraison funèbre

« Extrait de Sacrifice satanique, Polar inédit »

Tafsir Ndické DIEYE
Auteur de polars et de poésie
Directeur administratif du Cabinet Thorinius Consulting
E-mail :ndickedieye@yahoo.fr