Vote ethnique : de qui se moquent Me Wade et ses acolytes ?

Le premier tour des élections présidentielles 2012 au Sénégal vient de se terminer suite à la publication des résultats provisoires. Macky Sall et Me Wade sont qualifiés pour le second tour qui se tiendra le 25 mars 2012. Chacun de son côté a entamé ses manœuvres et prépare ses armes pour un franc succès à la fin de la dernière joute électorale. Mais la tournure que semble donner Me Wade à cette ultime phase de la compétition me semble incongru et me fait vivre un mauvais rêve. En tant que sénégalais et depuis longtemps j’avais oublié que j’étais peul, toucouleur, diola ou autre. Pour moi j’étais tout simplement un sénégalais de pure souche. En entendant les partisans de Me Wade distiller le vote ethnique à l’endroit de Macky Sall suite à son passage au second tour j’ai eu des sueurs froides et je garde en moi une grosse colère et une grosse blessure.

En tant que peul j’ai soutenu le Professeur Ibrahima Fall qui est loin d’être un peul ou un « halpulaar ». Oh que Dieu me pardonne ça sera difficile de dire au Sénégal que tel ou tel autre candidat est peul ou pas, je suis sûr que Wade lui-même est d’origine peule. Je demande aux historiens de prendre leur plume et de nous éclairer d’avantage. Je suis certain de bien de surprises sur l’issue des études.

En attendant je voudrais rappeler aux apprentis sorciers de la mouvance présidentielle que le Sénégal a fini de se former en nation. Que dans ce pays on est tous des sénégalais, si Macky Sall a gagné c’est tout simplement à cause de son travail et sa constance par rapport au pouvoir en place. Quelle force de caractère peut-on invoquer pour un peul qui épouse une sérère, un diola qui épouse une « wolof », aucune à part de se dire je suis sénégalais. Me Wade vous avez perdu le pouvoir aucune nouvelle provocation n’y changera rien. Il faut vous rendre à l’évidence. Votre appel  à la haine à l’égard des confréries, à l’égard des ethnies, à l’égard des religions et à l’égard des autorités religieuses de ce pays a assez duré. 

Me Wade vous et vos courtisans je m’attendais à votre humiliation électorale dès le premier tour de ces présidentielles. J’en veux aujourd’hui à mon candidat le professeur Ibrahima Fall qui n’a pas cru à la force des urnes en ne battant pas campagne comme l’a si bien fait Macky Sall. J’en veux aussi aux membres de « Benno Siggil Senegaal » qui dans leur désunion de la dernière heure ont permis aujourd’hui à Me Wade l’occasion de baver sur le peuple sénégalais je dirais même la nation sénégalaise.

Me Wade devrait être éliminé dès le premier tour et j’en veux à tous ceux qui n’ont pas su ou cru contribuer à cela. Et pourtant beaucoup de personnes avaient demandé de faire foi au pouvoir des urnes au lieu de supputer sur des détails. Une fois la candidature de Wade validée par ses valets du Conseil constitutionnel, le seul combat qui vaille était celui des urnes, ce que naturellement Macky Sall a compris avant tout le monde. De grâce, ouvrez vos yeux et ne vous perdez pas encore dans les derniers gémissements de Me Wade et de ses partisans.

Il est temps de lui donner le dernier coup d’assommoir. De qui se moque Me Wade ? Par respect à l’homme je m’interdis de rappeler certains faits, car je sais que les sénégalais n’ont pas la mémoire courte et sont loin d’être amnésiques. Qui a soutenu ici qu’il était mouride ? En 2000 n’avait-on pas entendu parler de vote mouride ? Qui demandait à Macky Sall de parler pulaar à Matam en 2007 ? Qui a dit ici que les marabouts passaient devant la statue de Faidherbe sans broncher mot ? Que dit-il du « Ndigguêl » de Béthio Thioune ? Qu’en est-il des milliards distribués à certains marabouts depuis deux ans de campagne électorale sur le dos des sénégalais qui souffrent dans leur chair ? Non Me Wade vous êtes disqualifié pour donner des leçons de morale ou d’ethnicité aux sénégalais. De qui se moque-t-on ?

Me Wade la récréation a assez duré, en douze années vous avez fait trop mal aux sénégalais. Cet élan de générosité, de téranga, de cohésion et toutes ses valeurs qui avaient fait notre marque de fabrique et dont les bases ont été jetées par nos dignes ancêtres, ancrées par Senghor et amplifiées par Diouf vous les avez brisées en mille morceaux, mais la maturité du peuple sénégalais ne tardera pas à vous mettre à la maison de retraite.

Avez-vous oublié cette « ivoirité » qui a mis des années durant la riche Côte d’Ivoire à feu et à sang ? Avez-vous oublié le combat des hutus et des tutsis qui a mis à genoux le pauvre Rwanda ? Ces questions ne vous empêchent-elles pas de dormir ou ne vous donnent-elles pas des frissons? Êtes-vous jaloux de la particularité sénégalaise ? L’unicité africaine n’est-elle pas votre crédo ?

Mais vous sachant intelligent comme vous le prétendez je serais fondé à mettre cette sortie sur le compte des dérapages inhérents à toute campagne électorale. Mais, vous voir ainsi revenir à la charge contre Macky Sall, et surtout au cours d´une rencontre avec des observateurs étrangers, cela a de quoi inquiéter sur les véritables motivations du chantre du « Sopi ». Ces derniers temps on vous a entendu dire à la presse internationale car vous méprisez la presse nationale que sans vous le Sénégal entrera dans une nuit noire, alors je vous dis monsieur le président que plus vite vous quitterez ce pays plus vite on se sentira mieux et Dieu nous épargnera.

Monsieur, votre mépris du peuple sénégalais a fait que vous avez été surpris par la bérézina électorale du premier tour et vos danseurs de ventre n´ont pas manqué d´emboucher leur vuvuzela pour justifier leur échec personnel, et sans doute pour tenter de trouver un bon prétexte suite à leur propre déroute. Monsieur le président c’est d’ailleurs ces gens-là qui depuis plus de 10 ans vous ont voilé la face et vous ont empêché de voir la souffrance du peuple sénégalais et son évolution sociologique. Ainsi leur seule explication quant à la percée réalisée par Macky Sall dans la banlieue, Pikine-Guédiawaye notamment, et dans tout le Sénégal n’est que l´expression d´un « vote ethnique ». Est-ce le Sénégal une république peule ?

En recourant à de tels arguments et à te telles plaisanteries,  Me Wade vous perdez encore une fois votre temps et votre âme. Vous croyez pouvoir contrer votre adversaire qui a toutes les raisons de rester imperturbable et qui creuse son sillon en laissant les chiens aboyer derrière lui. Il a certainement raison de l´être, car il a compris bien avant vous que ce type d´arguments de bassesse ne saurait prospérer dans un pays comme le Sénégal où le peul est le cousin du sérère, le diola est le cousin du wolof comme le mandingue etc...

Sachez que depuis votre accession à la magistrature suprême, vous ne cessez de jouer ce funeste registre. Pour rester au pouvoir vous usez de tous les subterfuges, comme Gbagbo vous avez usé de la fibre patriotique en parlant d’ingérence étrangère, que Macky est le candidat de la France. Mais rien n’y fait. Accusez Macky Sall de vote ethnique ne vous sert pas aussi. Vous avez le tort de croire que cela pouvait servir pour rester indéfiniment au pouvoir, au mépris de la volonté populaire, celle qui s´exprime dans les urnes et nulle part ailleurs. Et personne de le détournera de sa volonté de bouter hors de ce pays. Les sénégalais vous ont tout donné et en contrepartie vous l’avez foulé du pays, méprisé et trahi. J’ai honte de ce que vous avez fait de ce pays et pourtant j’avais quelque estime à votre égard et j’étais certain que vous sortirez par la grande porte et non par un trou de souris.

Ce combat d´arrière-garde que vous avez entamé avec vos alliés est une voie sans issue. Vous vous méprenez lourdement en croyant pouvoir utiliser l´argument ethnique comme épouvantail pour empêcher votre adversaire d’être élu au second tour. Regardez enfin et voyez que tous vos fidèles d’antan sont entrés de ranger leurs valises et dans peu de jours vous subirez les foudres de la transhumance politique et comme en 1999 vous resterez tout seul livré à votre propre sort. Et pourtant, vous aviez tout le loisir d’échapper à cette cruelle destinée.

Me Wade, vous et vos consorts vous vous trompez lourdement en pensant pouvoir reproduire le syndrome guinéen, ivoirien ou rwandais au Sénégal en faisant appel aux arguments ethniques. Il est encore temps pour vous, si ce n’est trop tard, pour comprendre une fois pour toutes que de tels arguments mesquins ne sauraient prospérer comme discours de campagne pour le second tour au Sénégal. Monsieur le président, vous avez du certainement oublié que vous êtes encore le Président du Sénégal jusqu’en Mai 2012 ; il convient alors de vous rappeler en tant que tel vous avez des devoirs et des obligations, dont les principales sont la préservation de la paix et la concorde nationale qui ont toujours prévalu entre les composantes de la société sénégalaise.

S’appuyer sur les différences ethniques dans le débat électoral du Sénégal n´est ni plus ni moins qu´une façon de réveiller les démons de la division. Ceci est une lâcheté qui n´est pas à l´honneur de son premier responsable, fût-il sur le départ vers les rives du Château de Versailles. Dans vos écrits vous nous aviez habitués à une image d’un africain de grande stature doublée d’un homme de grande générosité mais celle-ci est complètement dégradée aujourd’hui par votre soif du pouvoir. Me Wade le temps de la moquerie et de la manipulation est terminé.

Le Sénégal a suffisamment à faire avec le conflit qui secoue depuis plus de 30 ans sa région sud, et que vous aviez promis de régler en 100 jours, pour devoir en rajouter un nouvel embrasement. La société sénégalaise est tellement dégradée de nos jours, ses valeurs foulées du pied, l’argent a détérioré notre âme et notre démocratie a reculé de plusieurs décennies. Voilà le legs laissé après douze longues années à la tête du Sénégal. Sachez que votre successeur a du fil à retordre et si vous ne voulez pas faire moins que votre prédécesseur, vous devez garder à l´esprit que le minimum qu´on exige de vous est au moins de nous laisser le Sénégal tel que Abdou Diouf l’avait laissé en 2000. Ce pays vous l’aviez hérité dans la paix, la concorde et la cohésion nationales. Un dernier conseil : sachez Me Wade que les sénégalais ne sont pas dupes.

À vous Macky SALL, dans quelques jours « inchallah » les portes du palais s’ouvriront à vous. Ne vous faîtes pas détourner par les oiseaux de mauvaise augure, c’est dans l’union des sénégalais que découlera votre réussite. Ainsi comme disait le Général De Gaulle vous devez être « au-dessus des partis ». « Soyons assez lucides et assez forts pour nous donner et pour observer des règles de vie nationale qui tendent à nous rassembler quand, sans relâche, nous sommes portés à nous diviser contre nous-mêmes ! » avait-il ajouté. - Charles de Gaulle Discours de Bayeux 16 juin 1946 -

Amadou DIALLO http://diallobeducation.blog4ever.com/