Strict Standards: Declaration of MySQLDb::LastId() should be compatible with Db::LastId($seq = '') in /home/sentribune/domains/senegaltribune.com/public_html/lib/mysqldb.php on line 29
Sénéga lTribune - contributions, revue de presse, opinions sur le Sénégal - http://www.senegaltribune.com
Le congrès de l’imposture!
http://www.senegaltribune.com/articles/7515/1/--Le-congres-de-limposture/Page1.html
Amadou Toumbou
" qui n' a pas été accusateur opiniatre pendant la prospérité doit se taire devant l'écroulement. le dénonciateur du succès est le seul légitime justicier de la chute." Victor Hugo - Extrait de Les Misérables  
Par Amadou Toumbou
Publié sur 12/26/2011
 
Ce 23 décembre, en dépit du bon sens, le parti démocratique sénégalais et ses alliés ont officiellement désigné leur candidat pour l’élection de présidentielle de 2012.

Le congrès de l’imposture!

 Ce 23 décembre, en dépit du bon sens, le parti démocratique sénégalais et ses alliés ont officiellement désigné leur candidat pour l’élection de présidentielle de 2012. Ce congrès d’investiture, au-delà de la cacophonie et l’inorganisation qui l’ont fortement marqué, est plein d’enseignements symboliques liés à l’échéance de2012.
    Il n’aura échappé à personne cette image pathétique du candidat devenu aphone et relégué au second, visiblement en difficulté sur le plan physique de tenir debout. Pour qui a connu Wade le tribun, harangueur de foule, celui qu’on nous a vu ce 23 décembre n’en était que l’ombre et surtout ne mérite pas d’être ainsi exposé et réduit.
Indépendamment de nos positions politiques opposées aux siennes, Wade a été durant un moment, pour nombre de sénégalais, l’incarnation de nos rêves et le support de notre soutien. Pour cette seule raison, nous ne pouvons qu’être choqués, attristés et affligés de cette mise scène dont il semble être la victime. Cette espèce de candidature par procuration est, à bien y voir, l’émanation d’une volonté d’individus qui cherchent à conforter leurs privilèges  par le maintien d’un système dont ils sont désormais les principaux animateurs.
    Tout le monde aura remarqué l’effacement de Wade lors, de ce qui se voulait, son sacre. Ses rares et brèves prises de parole étaient à peine audibles et ponctuées d’erreurs sur les dates et les noms. Dans tout ceci, il aurait fallu décrypter les signes du destin, annonciateurs du déclin d’un pouvoir. L’histoire nous apprend que la chute d’un pouvoir est toujours et fatalement précédée de signes prémonitoires. Malheureusement, ceux chargés de faire entendre raison à Wade sont encore plus avides de ce pouvoir que lui. Cette candidature de Wade est en réalité celle de son entourage, dont manifestement il est devenu l’otage.

    Qui a intérêt à voir Wade, à plus de 86 ans, se représenter ?

Autrement dit, à qui profite le crime ? Certainement pas à Wade, qui a tout obtenu de ce qu’on peut rêver dans la vie d’un homme. Dès lors, les véritables instigateurs de cette candidature sont ceux tapis dans l’ombre et manœuvrant pour leur unique avantage. Leur omniprésence durant le congrès est plus qu’indicative. On les a vus parader: Karim
Wade, Abdoulaye Faye, Ousmane Ngom, Farba Senghor…. Derrière cette investiture de façade d’Abdoulaye Wade, voilà les figures qui ont tout à perdre avec la chute de leur mentor. Du reste, il n’aurait pas pu en
être autrement. Que peut on attendre d’un régime capable de produire des ministres pouvant dire : « si Abdoulaye Wade quitte le pouvoir, nous devons, tous, nous préparer à aller en prison » ? Assurément, leur attitude est conforme à leur dessein pernicieux : succéder à Wade.
    On peut, enfin, relever l’hommage d’Abdoulaye Wade à des gens comme Farba Senghor qui est la face sombre de ce régime, on dirait plus justement son âme damnée. Celui qu’on soupçonne d’être mêlés à tous les coups tordus et violents, enregistrés sous le règne de Wade,  dont les derniers en date sont les agressions aux domiciles de Niasse,
Tanor Dieng ? Bathiely et Barthélemy Diaz. Peut-on légitimement érigé un tel individu en leader ? Là aussi, il faut lire les signes d’un  régime aux abois recourant à la brutalité, celle de ses anciennes amours qui définissaient le parti démocratique sénégalais comme le parti de la dolécratie.
    En résumé, le congrès du pds et ses alliés, bien loin de nous avoir présenté leur candidat, a simplement investi les aspirants au legs de l’après Wade, on nous a désigné le futur du Sénégal avec les principales figures qui seront à sa tête. Il faut donc se préparer à, si par extraordinaire Wade parvenait à être élu, accepter que l’équipe dirigeante à la tête de notre pays soit : Aida Mboji, Sada Kane, Farba Senghor, Karim Wade, Aliou Sow, Doudou Wade…et bien d’autres qui nous ont convaincus de leur peu de conviction, de leur violence et de leur incurie dans la gestion de l’Etat.

Amadou Toumbou sunuman2012@gmail.com .