L’Etat du Sénégal boucle le financement de la construction de l’aéroport international Blaise Diagne, confiée à la firme Saudi Bin Laden. Une convention de financement à hauteur de 265 milliards FCFA (soit 406 millions d’Euros) va être signée ce lundi à Dakar avec un pool bancaire autour des arrangeurs financiers Blackpearl (ex BMCE Capital) et BNP Paribas.

C’est la fin d’un long road show. Grâce à des arrangeurs-programmeurs Black Pearl et la multinationale française Bnp-Paribas, l’Etat arrive ainsi au closing du financement de l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) sis à Ndiass devant compléter les premiers décaissements antérieurs- d’un montant de 265 milliards FCFA (406 millions d’Euros)- Las d’attendre, la compagnie Saudi Bin Laden, constructeur adjudicataire qui peinait depuis mois à passer à la vitesse supérieure, pour manque de financements,  peut se frotter les mains.

Selon une source proche du dossier, Saudi Bin Laden, qui commençait à se tourner les pouces voulait rester à tout prix en piste et consolider son image de constructeur adjudicataire aux yeux de ses concurrents.

A travers cette convention de financement Long Terme, un pool bancaire et d’institutions financières (BAD, BID, AFD, BOAD, IFC- Canada, IDC-Afrique du Sud, Fonds OPEP, ont mis à la disposition du gouvernement sénégalais, des lignes de financement d’un montant global de  406 millions d’euros (quatre cent six millions d’euros)  soit 265 milliards (deux cent soixante cinq milliards) de francs Cfa à AIBD.SA.

Ce financement structuré par les conseillers financiers de l’AIBD, les banques Blackpearl et BNP Paribas, qui a permis de mobiliser des groupes bancaires de référence à la rescousse de l’Etat du Sénégal, devra accélérer le rythme des travaux en conformité du cahier des charges.


Par Ismael Aidara.