Le séjour de la délégation sénégalaise conduite par le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, à Washington lors des assemblées annuelles du Fmi et de la Banque mondiale,  a été rythmé par des rencontres avec des responsables du secteur des finances. Ce sont moments de témoignages de satisfécit d’une bonne coopération avec le Sénégal et d’espoir pour l’avenir.

La délégation sénégalaise aux assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (Fmi) tenues à Washington Dc du 23 au 25 septembre, a rencontré plusieurs responsables d’organismes des institutions de Breton Woods et du monde des finances, vendredi et samedi. Le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop, qui conduisait la délégation, a reçu, vendredi, Peter Baillargeon, chef du département dette internationale Afrique de la Standard bank. Ils ont discuté de l’emprunt sur le marché financier que le Sénégal a fait récemment. Le marché avait réagi favorablement en proposant à notre pays 500 millions de dollars, mais le Sénégal n’en a pris que 300. Selon M. Baillargeon, « c’est très important pour le Sénégal » de recourir au marché financier international. Ce pays, a-t-il ajouté, fait partie du cercle restreint, en Afrique, ayant accès à cette source de financement, avec le Ghana, le Nigéria et le Gabon. « C’est une grande opportunité pour le Sénégal », a-t-il ajouté.

Ensuite, Abdoulaye Diop a rendu une « visite de courtoisie » au nouveau directeur général adjoint du Fmi, Min Zhu, en présence du chef de mission du Fonds au Sénégal, Hervé Michel Joly, nommé récemment à ce poste, pour « faire un point sur la situation et un tour d’horizon sur la coopération » entre notre pays et l’institution internationale, a dit le ministre de l’Economie et des Finances. Cette coopération avec le Fmi « se déroule très bien », a-t-il ajouté. D’ailleurs, Mme Min Zhu a félicité le Sénégal dans ce sens, a fait savoir Abdoulaye Diop à l’issue de la rencontre. « Je suis très content que nos efforts soient reconnus, c’est un bon point. Nous avons promis de travailler dans la même dynamique et avec les mêmes orientations pour les grands équilibres budgétaires tout en essayant de faire beaucoup attention avec la situation difficile qui se profile à l’horizon », a ajouté le ministre de l’Economie et des Finances, faisant référence aux craintes sur les conséquences de la crise financière qui secoue les pays riches.

Une mission du Fmi attendue à Dakar en octobre:

Abdoulaye Diop a été interpellé aussi sur le programme Instrument de soutien à la politique économique (Ispe) que le Sénégal partage avec quelques pays africains et qui concerne les économies ayant atteint un haut degré de stabilité macroéconomique. C’est un programme qui permet au Fmi d’attester de la qualité des politiques économiques mises en œuvre dans les pays bénéficiaires, il est sans décaissement. « Nous avons signé un deuxième programme début janvier. Le premier s’est bien passé, toutes les revues ont été concluantes et nous attendons une mission du Fmi au mois d’octobre (prochain). J’espère que cette revue sera concluante », a déclaré Abdoulaye Diop. A sa suite, Hervé Michel Joly s’est dit « ravi » de travailler avec le Sénégal, pays dont les échos d’une bonne collaboration lui sont parvenus à travers ses collègues. « C’est un plaisir de travailler sur le Sénégal », a-t-il ajouté.

La rencontre avec des responsables de la Société financière internationale (Sfi) a tourné sur le secteur de l’énergie et sur l’emploi des jeunes, entre autres points. Le vice-président de la Sfi, Thierry Tanoh, a qualifié de « très fructueuse » la collaboration entre le Sénégal et la Banque mondiale au cours de ces dix dernières années. Il a exprimé son désir de voir la Sfi continuer à travailler avec notre pays dans le secteur de l’énergie « pour aider les Sénégalais à avoir un meilleur accès à l’électricité », a ajouté M. Tanoh. Il a promis de voir dans quelle mesure la Sfi va soutenir les actions du gouvernement pour l’emploi des jeunes avant de qualifier de « fructueux, exemplaire et au beau fixe » leur partenariat avec le Sénégal. Abdoulaye Diop a rappelé les investissements de la Sfi au Sénégal, dans les domaines de l’énergie, du transport à travers l’autoroute à péage, etc. Il a promis de renforcer cette relation. Les échanges avec l’Agence de garantie des investissements privés (Miga, une agence de la Banque mondiale) ont porté sur l’emprunt du Sénégal, des projets futurs et le rôle que la Banque mondiale peut jouer pour supporter l’investissement dans ce pays, a expliqué madame Izumi K.

Le responsable des finances publiques du Fmi a, lors de sa réunion avec la délégation sénégalaise, exprimé sa joie d’aider la direction générale des Finances, la direction du Trésor, la Comptabilité publique et a invité ces structures publiques  à poursuivre leur développement et à améliorer le fonctionnement des institutions sénégalaise à travers la qualité de l’augmentation des dépenses publiques. Il a aussi appelé à réduire la pauvreté au Sénégal. Son collègue M. Petit a fait état des réformes fiscales en chantier au Sénégal, « nous allons établir un plan de travail pour ces réformes qui s’échelonneront tout le long de l’année 2012 et qui toucheront tous les types d’impôts et de taxes notamment la Tva, l’impôt sur les petites entreprises », etc. M. Petit a salué le dynamisme de l’administration sénégalaise dans ce sens.

De notre envoyé spécial à Washington, Malick CISS.