Le Président de la République inaugure demain mardi 6 septembre à Mbour, l’Institut Africain de Science et de Mathématiques. Ainsi, la Petite Côte accueille le deuxième établissement du genre sur le continent après celui ouverte en septembre 2003, au Cape Town, en Afrique du Sud.  C’est un Institut d'excellence panafricain faisant partie du réseau Aims Next Einstein. Les détails relatifs à l’infrastructure ont déjà été obtenus par Sud quotidien en juin dernier. Une rencontre fortuite avec le Pr Neil Turok, dans un petit restaurant du campus du Perimeter Institute for theorical physics de Waterloo.

Dans un français approximatif conforté des fois par de petites phrases en anglais, le Pr Turok parle de cuisine et de ses amitiés sénégalaises avec deux journalistes africains venus de Montréal et de Dakar. L’homme aime le Sénégal qu’il a découvert grâce à ses universitaires. Il est aussi charmé par cette Afrique qui travaille pour son développement. Informé de notre arrivée à Waterloo, pour le sommet « Equinox : Energy 2030 », il a souhaité nous rencontrer pour annoncer la bonne nouvelle : Mbour va accueillir un centre africain de « Sciences et mathématiques ». En Anglais, African Institute for Mathematical Science (Aims).

«Une magnifique réunion qui s’est tenue à Mbour avec des partenaires et des experts, nous a permis, affirme Neil Turok, d’explorer les pistes d’enseignement qu’on pouvait avoir pour le lancement d’un institut scientifique pour le Sénégal et l’Afrique.  Il fallait trouver un lieu pour le bâtir, et nous sommes tombés sur le site du sentier écologique et l’Ird à Mbour, un bel espace de vie. Les autorités sénégalaises nous ont beaucoup facilité la tâche, à commence par le président Abdoulaye Wade qui n’a pas ménagé son appui pour ce projet.»

Ville de tourisme et de pêche, Mbour n’a eu jusqu’ici, comme principal centre d’excellence en matière de formation, que son ancienne Ecole normale (1), institution qui a vu passer nombre d’enseignants et de personnalités sénégalaises. Le voila désormais sur le point d’être doté d’un des plus grands instituts de mathématiques au monde.

Le plan d'expansion du réseau en Afrique est connu sous l’appellation de « Aims Next Einstein Initiative » (Aims-Nei). L'objectif est d'accroître rapidement, en s’assurant d’une bonne utilisation des ressources, les compétences scientifiques et technologiques africaines. Il s’agit surtout pour les concepteurs et initiateurs, du Projet, d’offrir aux Africains les plus brillants en Mathématiques et en Sciences, un enseignement de niveau supérieur, et de les encourager à travailler avec créativité et confiance pour la prospérité et la paix du continent. Un véritable enjeu de développement pour les générations à venir.

Un projet de coopération adapté.

Pour mener à terme le projet, Aims-Nei a été financé par des fonds publics et privés, dont 20 millions de dollars provenant du gouvernement canadien à travers le Centre de recherches pour le développement international (Crdi). Le gouvernement français, qui est aussi un important partenaire d’Aims-Sénégal, a fait don du terrain pour les besoins actuels et futurs d’Aims-Sénégal sur les installations de l'Institut de recherche pour le développement (Ird).
Faire un centre du genre sur un site pareil qui abrite encore quelques éléments reliques des anciennes forêts primaires tropicales bien conservés, une faune conservée de rampants et de petits animaux, une rivière mythique, le Mballing, il fallait y penser. Le site de l’Ird, pour les jeunes enfants qui l’ont connu dans les années 50-60 du temps de la Trypano (3) et de l’Orstom (4), c’est tout une succession de petits souvenirs qui sont restés vivaces. Cet espace marque aussi par son originalité et son bonne conservation, la rupture entre l’Afrique du gâchis et celle d’une conservation et d’une reconstruction possible…

Lors de la cérémonie officielle d’ouverture demain, les 36 étudiants de la première cohorte d’Aims-Sénégal (sélectionnés parmi plus de 350 candidats), provenant de 14 pays, se joindront au Président Abdoulaye Wade et diverses hautes personnalités venant d'environ 15 pays, pour rendre hommage aux nombreux supporteurs du centre et ses partenaires académiques dont les universités Cheikh Anta Diop, Gaston Berger, de Thiès et de Ziguinchor, au Sénégal ; l'Université d'Ottawa, au Canada ; les universités Pierre et Marie Curie et Paris Sud, en France ; l'Université Humboldt de Berlin, en Allemagne ; et l'Université des Sciences et de la Technologie de Chine (Ustc) en Chine.

Le centre ouvert en Afrique du Sud a déjà fini de faire sa publicité dans la partie australe du continent. Le Sénégal a pour vocation de conforter cette tendance à travers la diffusion d’un enseignement de qualité. «Le premier groupe d’étudiants viendra, selon le professeur Turok, de pays comme la Somalie, Madagascar, Egypte entre autres. Le but est aussi de combiner les processus d’enseignement et de recherche avec l’Institut Aims du Cap. » Les diplômes de Masters et Phd sont au programme des étudiants à la fin des enseignements. Les étudiants seront aussi renforcés par tout le programme de coopération interuniversitaire qui unira leur centre à d’autres instituts de grandes universités dans le monde comme Cambridge et Oxford en Grande Bretagne, Paris XI, Cape Town et Pretoria, Stellenbosch University etc.


Et le plus original dans l’approche, comme le fait savoir le Pro Turok lui-même, est l’exemple de cette jeune femme partie de rien avec une famille très pauvre qui, un jour, est devenue l’une des meilleures spécialistes des mathématiques de son pays. Pour dire que tout le monde a sa place dans cet institut. Le seul credo étant la connaissance.  Pour rappel,  le premier centre Aims en Afrique du Sud a formé à ce jour 360 étudiants provenant de 32 pays africains, dont un tiers de femmes. Aujourd’hui, Aims est mondialement reconnu comme étant un centre d'excellence d'enseignement supérieur et de recherche.

Chaque année, entre 50 et 55 étudiants talentueux de toute l'Afrique sortent diplômés d’AIMS, après une formation de troisième cycle de dix mois (master I). La grande majorité continue en master II et doctorat. Tous les étudiants d’AIMS bénéficient d’une prise en charge complète.
                                                                                                        par Mame Aly KONTE.