Le choléra est l’une des maladies les plus redoutées par les autorités sanitaires sénégalaises. Depuis l’annonce de son apparition au Mali, les responsables du ministère de la Santé ont pris les mesures nécessaires en renforçant le dispositif de surveillance épidémiologique et en sécurisant des stocks d’intrants pour une bonne prise en charge de cette maladie dite épidémiologique.

Selon les informations données par le directeur de la Prévention médicale, le Dr Aboubacry Fall, 200 cas de choléra et 19 décès ont été enregistrés dans les régions de Mopti et Tombouctou au nord du Mali, pays partageant la même frontière avec le Sénégal. Ces cas de choléra constituent une menace pour notre pays à cause des échanges commerciaux entre le Sénégal et le Mali. «Nous sommes dans l’espace Cedeao où la libre circulation des populations et des biens est autorisée. Donc, il faut s’attendre à tout. C’est pour cette raison que toutes les dispositions ont été prises pour faire face à d’éventuels cas de choléra», a déclaré le Dr Fall.

En plus, le ministère de la Santé a mis en place un système de veille pour la surveillance des maladies diarrhéiques et du choléra. La direction de la Prévention, avec le concours des services des maladies infectieuses, du Réseau national de laboratoires et de l’Institut Pasteur  de Dakar, a renforcé le dispositif de surveillance épidémiologique. Les médecins-chefs de districts et de régions médicales ont été informés de cette actualité épidémiologique au niveau du pays voisin. «A cet effet, les fiches techniques leur ont été envoyées. Elles permettent de retracer les manifestations de la maladie et la conduite à tenir en terme de prise en charge», a expliqué le directeur de la Prévention médicale.

D’autres produits attendus

Le ministère de la Santé et ses partenaires, dans le cadre du comité de gestion des épidémies, ont défini, depuis l’annonce de cette maladie, un certain nombre d’axes d’interventions. Il s’agit du renforcement de la surveillance à tous les échelons du système de la santé, de l’instruction donnée au service de l’hygiène, du contrôle des denrées alimentaires ainsi que des eaux de boissons dans les espaces publics.

Le ministère de la Santé, à travers ses services de communication, va mener des campagnes de sensibilisation  pour aider les populations à adopter de meilleurs comportements. Le directeur de la Prévention médicale, le Dr Fall, a révélé que les intrants, les antibiotiques, les solutés, entre autres produits pharmaceutiques, permettant de traiter des germes responsables du choléra, sont disponibles en quantité et qualité à la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna). Le Dr Aboubacry Fall a annoncé la livraison prochaine d’autres produits concernant la prise en charge du choléra. Toutes ces mesures lui ont fait dire que le Sénégal est prêt à faire face à d’éventuels cas de choléra. Il a précisé que toutes les régions du Sénégal sont exposées à cette maladie, même si Tambacounda, pour les raisons de proximité géographique avec le Mali, reste la plus menacée à l’épidémie. Au Sénégal, les derniers cas enregistrés remontent à 2004 et 2005.

                                                                                                                                 Eugène KALY.