Pour aider les décideurs et les pouvoirs publics à mieux appréhender les impacts socio-économiques et environnementaux de l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, les acteurs impliqués viennent de mettre sur pied un observatoire autoroutier.

Il a été initié sous l’égide de la Société Eiffage pour la nouvelle autoroute concédée (Senac) laquelle compte mettre à la disposition de l’Etat en décembre prochain,  les premières données sur l’impact de cette infrastructure sur les populations affectées par le projet.

Il s’agira principalement, selon le président directeur général de Eiffage-Sénégal, Gérard Senac, d’édifier les décideurs sur le suivi des expropriations effectuées, l’impact sur le mode d’occupation des sols avant et après la construction de l’autoroute, l’accessibilité à la presqu’île de Dakar notamment au Port autonome entre autres facteurs. Cet observatoire, une première en Afrique subsaharienne, se propose également d’attirer l’attention des décideurs sur certains dysfonctionnements liés à la mise en œuvre du projet afin d’enrichir les pratiques pour les projets à venir. L’impact environnement du projet et l’éventualité de sinistres sur cet axe ont également retenu l’attention des membres de l’Observatoire. Sur tous ces aspects, la structure compte engager des études pour mettre à la disposition de l’Etat et des acteurs impliqués dans la création de ce projet, des données dès le mois de décembre prochain. L’occupation des sols, les inondations éventuelles dans les zones de recasement et l’impact du recasement des maraîchères dans la forêt de Mbao, seront des aspects qui vont retenir l’attention des acteurs dans la première phase des études qui seront menées, a ajouté M. Senac.

Seydou Prosper SADIO.