Le Cancer se positionne comme l’une des maladies les plus répandues à travers le monde avec une  prise  en charge qui reste toujours une préoccupation majeure. C’est du moins l’avis des différents experts qui étaient présents hier mercredi à l’occasion de la deuxième réunion de coordination du projet Aiea, Oms, Pact et Raf 06 041, relative à la lutte contre le Cancer. Une rencontre qui a enregistré la participation d’environ quarante experts spécialisés dans la lutte contre le cancer, en provenance de l’Afrique centrale, australe et occidentale venant tous évaluer les acquis de la lutte mener contre le cancer et dégager des perspectives.
Selon Alimeta Diara Nama la représentante de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) « les données dans le domaine du cancer sont insuffisantes et parcellaires » La représentante résidente de l’Oms au Sénégal  ajoutera que « des études ont montré en 2010 de nouveaux cas pour le nombre total à 15millions de personnes atteintes ». Une situation imputable d’après elle « à une absence de prise en charge appropriée, un manque de main d’oeuvre  qualifiée ». D’où selon Mulugeta Hama, le représentant de l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aea) «  un goulot d’étranglement  sérieux qui freine  la lutte contre la maladie ». Toutefois , il a estimé que « le but de cette deuxième réunion est de mesurer les progrès réalisés et trouver des perspectives dans la lutte contre le Cancer avec le passage en revue des projets dans les pays et la mise en œuvre de la lutte global cotre le Cancer ».

Pour Tahirou Diop, le représentant du ministre de l’enseignement supérieur, des universités et des centres universitaires régionaux et de la recherche scientifique Amadou Tidiane Bâ « Les échanges que vous aurez à faire indiqueront sans doute la voie à suivre pour une poursuite de la coopération OMS/AIEA, dans le cadre du programme PACT (Programme d’Action en faveur de la Cancerothérapie), relatif à la lutte contre le Cancer.
Ils permettront, nous espérons aussi, d’inciter nos partenaires à continuer de nous accompagner dans les évolutions prévisibles des applications de l’atome. Nous nous félicitons du fait que ce programme a déjà aidé plusieurs pays pauvres à se doter de centres de diagnostic et de traitement du Cancer ».

 Par ailleurs, M.Diop a renseigné  l’acquisition du Sénégal de nouveaux matériels de lutte contre le cancer « le Sénégal vient de bénéficier d’une Gamma Camera de haute technologie, installée à l’Hôpital Général de Grand Yoff, et qui vient compléter les techniques de diagnostic basées sur le Scanner et la radiographie ».

A noter que le Sénégal enregistre chaque année environ 20 mille nouveaux cas de cancer  Et malgré ce nombre important de personnes atteintes, le pays ne dispose pas de programme national pour lutter contre les cancers. Seul le vaccin contre l’hépatite B est pris en compte dans cadre  du cancer du foie dans le programme élargi de vaccination (Pev).
                                                                                                             par Mamadou Amadou DIOP.