Un vaccin contre la bilharziose urinaire pourrait être disponible vers la fin de l’année 2012, a annoncé hier le docteur Gilles Riveau, coordonnateur scientifique du projet Bilhvax 3. La vaccination des populations pourrait débuter en 2015.

Lors d’un point de presse sur les préparatifs de la quatrième réunion du comité de pilotage du projet Bilhvax 3 qui aura lieu le 24 novembre prochain dans la capitale du Nord, le Dr Riveau, directeur du projet « Espoir pour la santé (Epls) », a révélé que ce vaccin pourrait bien être efficace pour lutter contre la bilharziose intestinale.

« C’est un vaccin très toléré qui ne présentera pas beaucoup d’effets secondaires », a-t-il déclaré. Le Dr Riveau informe que le vaccin a été découvert par le laboratoire du professeur André Capron de l’Institut Pasteur de Lille. Selon lui, après quatre essais cliniques, ce laboratoire a pu démontrer que le vaccin ne présente pas d’effets secondaires néfastes chez les enfants. Le Dr Riveau renseigne que ses services sont actuellement à la phase d’étude de l’efficacité du vaccin, dans le cadre du projet Bilhvax 3 mis en œuvre depuis 2007 par le conseil régional du Nord Pas de Calais en partenariat avec le conseil régional de Saint-Louis".

Le projet a coûté globalement près de 7 milliards CFA. Le Dr Riveau a surtout rappelé que la quatrième réunion du comité de pilotage Bilhvax 3 a pour but de faire le point sur l’état d’avancement du programme de recherche sur le vaccin de la bilharziose. Ce programme est coordonné par le projet Epls dans la vallée du fleuve Sénégal sous la supervision de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm-France).

La bilharziose et le paludisme sont les deux maladies parasitaires transmissibles majeures des pays en voie de développement. Ces maladies sont depuis longtemps endémiques au Sénégal, mais ont connu un développement sans précédent dans la vallée du fleuve Sénégal depuis la construction d’infrastructures hydrauliques.

300.000 morts par an

La bilharziose est après le paludisme, la maladie parasitaire la plus répandue au monde. Elle touche essentiellement les populations des pays en voie de développement.

A en croire le Dr Riveau, le parasite infecte d’une façon chronique plus de 200 millions de personnes dans 75 pays. 800 millions d’individus sont exposés à cette maladie en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie.

On dénombre près de 300.000 morts par an, les enfants ou les jeunes adultes sont les plus touchés. Les pays du Sahel sont les plus affectés en Afrique.

Mbagnick Kharachi Diagne