Il fourre son nez partout et se mêle de tout, le président sénégalais. Après avoir déclenché au début des années 2000 une crise diplomatique entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire, sur le problème de l’ivoirité, voilà qu’Abdoulaye Wade récidive, en s’immisçant dans les élections ivoiriennes en cours.
« Un aliéné, aux commandes d’un navire, ne le mène jamais à bon port » :
La courtoisie et la bienséance requièrent qu’on garde le silence, pour ne pas dire une certaine neutralité dans des circonstances comme celles que traverse la Côte d’Ivoire en ce moment, après dix ans d’instabilité politique couronnée par un dialogue politique fragile. En pleine « tempête » électorale, et suite aux rappels des ambassadeurs dans les deux pays, les ressortissants sénégalais vivant à Abidjan se passeraient volontiers d’un énième incident diplomatique qui mettrait leur vie en danger comme c’était déjà arrivé par le passé. Et cela, Wade n’a pas l’air de s’en soucier.
Si la communauté internationale a salué à juste titre les résultats sortis des urnes ivoiriennes il y a quelques jours, elle ne pourrait toutefois rester aphone devant l’ingérence dont a fait montre le président sénégalais, qui, en lieu et place des Ivoiriens, s’est arrogé le droit de désigner publiquement un candidat, en recevant des leaders et émissaires de l’opposition ivoirienne, d’une façon aussi flagrante qu’intéressée. Les visites d’Alassane Ouattara et de Jeannot Ahoussou à Dakar, ont bel et bien l’air d’une conspiration. Encore une fois, c’est l’argent du contribuable sénégalais qui sert de monnaie d’échange, étant donné que c’est Wade lui-même qui a affrété un avion. De Nouakchott à Abidjan en passant par Conakry, Paris et Washington, Wade multiplie les incidents diplomatiques et se crée des ennemis, inutilement. Pourvu que Gbagbo, qui n’a pas manqué de prétexte pour reporter l’organisation des élections, ne profite pas de cette occasion pour saboter le processus électoral en cours, tout bonnement, replongeant de fait le pays dans l’instabilité.
Récemment, Wade était accusé de financer les rebelles ivoiriens auxquels il aurait attribué des passeports diplomatiques. Aujourd’hui, le président sénégalais court le risque de se voir accuser de financer la campagne électorale d’Ouattara. Et comme dit l’adage, lorsqu’on est accusé d’anthropophage, on doit éviter à tout prix de se retrouver en public, tenant dans ses mains des ossements de nouveau-né.

Momar Mbaye
mbayemomar@yahoo.fr  .