Strict Standards: Declaration of MySQLDb::LastId() should be compatible with Db::LastId($seq = '') in /home/sentribune/domains/senegaltribune.com/public_html/lib/mysqldb.php on line 29
Sénéga lTribune - contributions, revue de presse, opinions sur le Sénégal - http://www.senegaltribune.com
Electriquement nul!
http://www.senegaltribune.com/articles/6527/1/Electriquement-nul/Page1.html
Arouna BA
Arouna BA est un sénégalais par l'histoire et par la géographie. ex étudiant en physique-chimie à l'UCAD et logisticien stagiaire à CAP Dakar. Il rédige des chroniques pour le site http://www.avenue221.com et anime le blog S3:Science-Société-Sénégal promu par la radio Rfi (http://www.aronts3.mondoblog.org). Sa conviction est que le rôle du scientifique n'est de toujours pantouffler au laboratoire . Il doit pouvoir éclairer la lanterne de la population sur des questions qui cernent et concernent son domaine. 
Par Arouna BA
Publié sur 11/4/2010
 
Faut-il le dire ou le taire ? Il vaut mieux l’écrire: la Senelec  nous emmerde. Le mot est, peut-être, un peu fort, c’est vrai. Mais c’est exactement ce que pensent beaucoup d’habitants...

Electriquement nul!
Faut-il le dire ou le taire ? Il vaut mieux l’écrire: la Senelec  nous emmerde. Le mot est, peut-être, un peu fort, c’est vrai. Mais c’est exactement ce que pensent beaucoup d’habitants de la banlieue en général et de Keur Massar en particulier. On a presque envie de dire que la Senelec –Société nationale d’électricité- est l’entreprise la plus nulle du Sénégal. Pourquoi? Vous le savez sans doute.
Depuis plus de dix ans, les coupures intermittentes d’électricité hantent le quotidien de la population. Non seulement la Senelec est incapable de nous fournir, en continu, le courant alternatif, mais elle continue de nous électrocuter avec des factures salées. Mais le plus désolant, c’est la propension de nos autorités à annoncer des délais pour la fin des délestages tout en sachant que ce qui sort de leurs bouches n’est que purs mensonges.
-Une coupure toutes les deux heures dans la Banlieue.
Reprenons le cas de Keur Massar (qui peut être étendu à toute la banlieue) et prenons des dates et des exemples concrets. Depuis la date butoir du 15 août, les habitants butent sur les coupures de courant, encore et encore. Il est vrai que la durée des coupures a un peu diminué (on restait 6 à 8 tours d’horloge, par jour, sans électricité) mais ce qui se passe en ce moment est encore plus écœurant. Durant la journée jusque pendant la nuit (entre 9 heures et 23 heures c’est-à-dire 14 heures de temps), le courant peut disparaître et réapparaître 5 à 7 fois, soit une coupure toutes les deux heures. Des coupures qui durent 40 à 50 minutes.
Le mercredi dernier, par exemple, c’est un spectacle du genre qui y a prévalu. Ces derniers jours, ce sont les coupures marathon qui sont revenues. Ce qui poussa un gérant de cyber à larguer sa petite bombe: ‘’Wa Senelec ay kouti lègn rek.’’ (Ndlr : Les responsables de la Senelec ne sont que des chiots). Ce coup de cœur permet de jauger le niveau de désarrois de la population. En effet, cette situation entraine deux conséquences majeures:
Premièrement, c’est tout le travail qui est ralenti ou retardé.
Ce qui entraine un manque à gagner terrible pour certains. Les menuisiers métallique font la sieste toute la journée dans leurs ateliers pour rentrer bredouille le soir. Les tailleurs se tournent les pouces constamment devant leurs machines à coudre. Les blogueurs poireautent des heures durant, dans les cybercafés, avec des va-et-vient incessants, avant de pouvoir saisir et publier leurs articles. Beaucoup de cybers préfèrent tout simplement fermer au risque de voir leurs ordinateurs être complètement bousillés. (Beaucoup ne sont pas équipées d’onduleurs).
-Destruction de matériels électroménagers.
C’est là  la deuxième conséquence. Le phénomène de surtension consécutif à cette cascade de coupures a fini de détruire beaucoup de matériels électroménagers dans les maisons. Et rares sont ceux qui sont indemnisés pour ces dommages.
Tout cela à cause de la Senelec et ses dirigeants.  Bon sang! C’est quoi le véritable problème cette malheureuse entreprise? Des ennuis financiers?  Des soucis de combustible? Ou alors le problème est lié à des autorités tordues, aux discours tordants qui pillent et gaspillent l’argent que l’Etat y injecte?
En vérité, le vrai problème de la Senelec reste encore « une énigme enveloppée dans un mystère le tout enfoui dans un secret » comme disait l’autre. Chaque année, on nous sort un nouvel alibi. Quand est-ce qu’ils vont cesser de nous prendre pour des canards?
 
       Arouna BA
    aronts2e@yahoo.fr .