Telle une dent cariée qu’il faut extraire d’urgence de la gencive infectée de la République, le départ tant attendu de Sam-Fuel, qui jouait jusqu’ici le rôle de ministre de l’énergie, est enfin effectif. Wade le chirurgien, après des années d’hésitation, est finalement passé à l’acte : il a tout bonnement inséré, avec une bonne dose d’anesthésie, un implant à même d’abriter la « prothèse » Karim, qui refait surface dans un nouveau dossier, celui de l’énergie, alors qu’il tarde à faire décoller « Sénégal Airlines », dont le premier vol, après plusieurs mois de report, était prévu pour le 1er septembre 2010.

Wade et son fils avaient prémédité leur coup.

Si c’était une pièce de théâtre que Wade et son fils ont voulu écrire, on peut dire que tous les deux sont passés à côté, pour avoir dévoilé au public la clé de l’intrigue, qui n’a rien à voir avec celle de « la petite erreur » qui avait tenu en haleine la salle de l’hémicycle.
A peine les Sénégalais ont-ils commencé à se réjouir du départ du très « hospitalier » Samuel Sarr, qu’ils apprennent par le canal du même informateur, que c’est l’omniprésent fils du président qui lui succède au département de l’énergie, devenue la « zone érogène » d’un régime aux abois. A deviner que cette diversion de plus vise en partie à faire oublier le rôle que Sam-Fuel a joué dans l’achat du terrain à New York par l’Etat du Sénégal.
Ce départ avait aussi pour objet, de présenter le rejeton des urnes comme l’incontournable Zorro de l’économie, le sauveur, car chez Wade, le hasard n’existe pas. Tout est calculé, scénarisé, voire prémédité.

Vers la résolution problèmes d’énergie au Sénégal ?

Depuis sa cuisante défaite au soir du 22 mars 2009, Wade a cherché à tout prix à placer son fils sur le devant de la scène politico-médiatique, par la petite porte bien sûr.
Devant les retouches infinies du gouvernement, on peut supposer que celui qui a signé le décret limogeant l’« oncle Sam », pourrait ne pas être Abdoulaye Wade lui-même, mais son fils. Mais peu importe, car cela n’a aucune espèce d’importance. Pourvu que Sam-Fuel débarrasse le plancher.
Que Wade en soit l’auteur ou pas, on peut se réjouir de ce « limogeage » qui en fait n’est que la gratification et la promotion du désormais ex ministre de l’énergie appelé à d’autres fonctions.
Parce que ce qui intéresse les Sénégalais, c’est d’abord de retrouver le courant électrique dans les meilleurs délais, et d’être édifiés sur la destination qu’on empruntée les centaines de milliards soi-disant investis dans l’énergie depuis l’évènement de l’alternance, une manne financière qui ne peut être passée pour pertes et profits. A moins que ces milliards soient planqués quelques part, pour être mis à la disposition de la « prothèse » Karim, qui aura toute la latitude pour rétablir l’énergie dans les foyers et mettre fin au calvaire des Sénégalais.
 Qu’en est-il des responsables de la mort du jeune Abdoulaye Wade Yingou, victime de la répression policière lors d’une marche contre les coupures d’électricité ?
Dans quelles juridictions traduire les responsables de l’énergie qui sont les seuls à avoir causé la mort de trois bébés la semaine dernière dans une crèche à Ziguichor ? Voilà les véritables questions sur lesquelles interpeller Iba Der Thiam et Imam Mbaye Niang.
Pour en revenir à Sam-Fuel, sa « petite erreur » a été d’avoir sous-estimé jusqu’où le président non officiel des Sénégalais, est prêt à aller, dans sa course folle à la tête d’une république qui ne veut pas de lui. Devant la recrudescence des émeutes de l’énergie, Wade était contraint d’opérer un choix : sacrifier son mandat à lui, ou sacrifier un ministre à la fois impopulaire et embarrassant : il a opté pour le second. Si la préméditation de ce « limogeage » se confirmait, on devrait s’acheminer dans les jours à venir vers la fin des délestages, un calvaire que Wade et son entourage ont sciemment programmé et imposé aux Sénégalais, dans le seul but de dérouler leur plan de succession monarchique. En attendant, bye-bye Sam-Fuel, et bon débarras !

Momar Mbaye.
mbayemomar@yahoo.fr
http://mbayemomar.over-blog.net