Qui cherche à manipuler les « Saltigués » ?
La prédiction de l’avenir fait désormais bonne recette chez bon nombre de Sénégalais qui non seulement écoutent les incontournables « devins », mais prennent pour la Bible tout ce qui ressort des « xoys ». Si jusqu’ici l’opinion peut leur tirer le chapeau, la dérive notée lors de la dernière édition, a le mérite de remettre en question une parole jadis considérée comme sacrée.
Lorsqu’on cherche à manipuler une opinion, il suffit d’abuser d’une parole autorisée et lui faire répéter des conneries que l’auditoire gobera sans réfléchir, avant de se rendre compte qu’une personne mal intentionnée est passée par là. C’est dans ce registre que se situe la dernière sortie des « Saltigués », qui, très fidèles à leurs habitudes, ont prédit des accidents de la route, un hivernage abondant, entre autres généralités, autant de « prédictions » qu’un apprenti devin doté d’un minimum de bon sens peut observer au quotidien. Depuis qu’on leur a offert une tribune, certains « Saltigués » semble avoir perdu le Nord, se prennent pour le centre du monde et sont à la solde des politiques. Même si les faits leur donnent souvent raison, il n’est pas étonnant que les politiques cherchent à les manipuler et tirer les « prédictions » à leur avantage. En 2007, la déconfiture notée au sein de l’opposition et la stratégie de division orchestrée par « ndiombor » suffisait à prédire une victoire d’Abdoulaye Wade, malgré le ras-le-bol des Sénégalais devant un régime dont les dérives et scandales à répétition resteront à jamais gravés dans les mémoires. Après la corruption d’une bonne partie de la magistrature et des syndicats, un autre bastion, qui jusqu’ici s’était abstenu de toute récupération politique, vient de succomber au syndrome « Voldemort », à l’image de certaines élites religieuses et intellectuelles. Il suffit de regarder la RTS jeudi soir pour se rendre compte, que ceux que certains appellent « guides religieux », ont besoin d’un vrai guide qui les recadre dans le droit chemin, parce que, au lieu de parler de Dieu et de son Prophète, ils parlent de Wade et de son fils bien aimé pour lesquels ils continuent de formuler des prières. Reste à supposer, qu’au vu des résultats sortis des urnes le 22 mars 2009, certaines prières ne sont pas montées au ciel, parce qu’auprès du Tout-Puissant, elles ne valent pas un cheveu de femme. Grossièrement, cela s’appelle de la « prostitution maraboutique », étant donné que ces derniers, pour la plupart, jouent le jeu du pouvoir, en acceptant que leurs propos, leur image et leur congrégation religieuse soient utilisés pour servir de publicité à des personnes en quête désespérée de légitimité doublée d’un manque criard de popularité. La dernière sortie des « Saltigués » pour soi-disant apporter des « éclairages » sur la réélection probable du président sénégalais, Abdoulaye Wade, est à ranger dans le registre de l’intoxication et de la manipulation. C’est une énième stratégie visant à légaliser et à légitimer le coup d’Etat rampant qui rentre dans sa phase terminale, au  profit du fils d’Abdoulaye Wade, qui dirige le pays, de manière officieuse et sans mandat. Si les émetteurs de Fatick ont sciemment voulu transmettre à l’opinion un message qui souffre de pathologie, les récepteurs, quant à eux, sont sains de corps et d’esprit. A bon entendeur !
Momar Mbaye
mbayemomar@yahoo.fr