La situation de notre pays, en voie de transformation en une monarchie par le régime de Me Wade, appelle aujourd’hui de la part de tous les patriotes, où  qu’ils puissent se trouver, pour qu’ils  se serrent les rangs, agissent à l’unisson, dans une parfaite cohésion pour aller à l’essentiel. Ce qui se traduit en d’autres termes, par le départ de  Me Wade de la tête de notre pays, dans les meilleurs délais, avant qu’il ne soit encore trop tard.
Trois mouvements citoyens et patriotiques qui visent à peu près le même but viennent de voir le jour dans notre pays, presque en même temps. Ils ont tous été poussés par un sursaut de patriotisme en vue de sauver ce qui pouvait l’être, face à un pouvoir irresponsable et qui devient dangereux pour l’avenir de la nation sénégalaise.
 La situation du pays qui se caractérise sous le régime libéral par une injustice sociale toujours grandissante  chaque jour davantage, en plus, d’une absence de démocratie notoire, d’une gestion informelle et gabégique des ressources du pays, sous-tendue par un parti pris manifeste d’un homme, qui n’en fait qu’à sa tête et qui n’a aucun respect pour le peuple sénégalais, qu’il prend au demeurant, pour ses sujets, tout cela  a fini par amener de plus en plus de citoyens à prendre conscience d’un fait évident et à s’opposer tout à fait contre Me Wade et son pouvoir.
Alors, face à un tel régime, aucun citoyen sénégalais, tant soit peu patriote, ne devrait plus rester insensible et croiser les bras sans rien tenter contre ce fait. L’indignation de bon nombre de citoyens à l’égard des gens qui nous gouvernent, ayant atteint son paroxysme, chacun y va à présent à sa manière, mais en ordre dispersé. Alors, c’est cette forme de lutte qui ne me semble pas efficace et porteuse de germes de succès au bout du compte.
Comme je ne me lasse jamais de le répéter, présentement, il n’existe dans notre pays que deux camps distincts qui se font face. Celui qui affame le peuple en s’accaparant toutes les ressources du pays à son profit quasiment exclusif et l’autre, la victime d’une telle gestion désastreuse, à savoir, la grande majorité du peuple sénégalais, qui subit tous les affres et contrecoups d’un pouvoir totalement incompétent  et incapable de mener à bon port notre pays.
Bara Tall et Youssou Ndour, deux patriotes incontestables qui ont tant donné à leur pays, par le rayonnement de leurs affaires au plan national et international mais, qui sont devenus des victimes d’un pouvoir dont le chef, ne conçoit et n’admet le succès que chez lui ou les siens. Ces deux patriotes, doublés d’hommes d’affaires exemplaires, que la réussite de leurs entreprises atteste éloquemment, n’étaient vraiment pas destinés à descendre dans l’arène politique. Ils ont déjà assez à faire dans leur domaine d’activité où ils excellent. Ils sont de loin plus utiles pour notre pays que le chef de l’Etat Me Wade, par leur apport au plan économique et comme pourvoyeurs d’emplois par les entreprises qu’ils gèrent admirablement en s’appuyant sur les techniques modernes de gestion, loin de l’informel. Là où Abdoulaye Wade et son camp, qui gèrent le pays par des méthodes et techniques informelles et surannées, constituent une lourde charge pour le budget national sans contre partie significative. En somme, ils nous coûtent de loin plus qu’ils ne génèrent.
Ces deux managers d’entreprises florissantes, qui sont malheureusement devenus les cibles de Wade et sa famille, on ne sait pourquoi, n’eut été  le harcèlement dont ils sont l’objet de la part du pouvoir libéral, contre leurs activités professionnelles et projets porteurs viables, dans le but de les asphyxier à tout prix, ils ne se seraient sans doute pas engagés dans l’arène politique pour se défendre et leurs affaires avec. En fait, ils ont été invités à ce combat par contrainte par un pouvoir cupide.
Et très justement, ils refusent avec détermination en tant que citoyens et patriotes, de se faire conduire facilement à l’abattoir sans opposer aucune résistance, avec les moyens dont ils disposent. Ayant une part égale avec Me Wade dans le « capital » Sénégal, mais en plus, avec une dignité, je ne vois pas en vertu de quoi, ce dernier s’acharnerait contre eux en tant qu’opérateurs économiques exemplaires, au profit de son fils Karim, qui au demeurant, dilapide nos maigres ressources sans compter, du fait tout simplement, qu’il est le fils du président de la République. C’est sûr et certain que, si nous étions dans un réel Etat de droit et non virtuel comme c’est le cas, il serait aujourd’hui entre les mains de la justice et de même d’ailleurs, que son père de Président qui le protège aveuglément sans aucune retenue.
Bref, l’autre mouvement, le 3e, dans lequel Mansour Sy Djamil est l’un des principaux initiateurs et animateurs est aussi une initiative citoyenne d’un groupe de patriotes, qui, ayant observé pendant longtemps, et dans tous les sens, la manière dont  notre pays est géré, sont arrivés à la conclusion que, celui-ci s’acheminait inexorablement, par les dérives de Me Wade et son régime, vers une situation catastrophique irréparable ou difficilement alors réparable. Conscients de leurs devoirs et droits de citoyens, ils ont  décidé de prendre leurs responsabilités à deux mains en initiant un mouvement pour : « Sénégal, demain un autre pays » qu’un « Manifeste Citoyen pour la Refondation Nationale » explicite en long et en large pour une adhésion massive. Ce mouvement s’oppose résolument et radicalement au pouvoir actuel, œuvre pour le départ de Me Wade et une alternative crédible salutaire.
La différence entre ces trois mouvements réside dans la forme des initiatives, si les deux premiers sont une initiative individuelle, le 3e quant à lui, en est une collective. Mansour Sy Djamil, n’est pas dans ce mouvement en tant que marabout au milieu de ses talibés, il y est comme un citoyen et camarade conscient de ses responsabilités et qui a décidé de les assumer face aux dérives d’un pouvoir qui menacent son pays. Les trois ont tous un point commun, ce sont effectivement des mouvements citoyens. Sur la base de leur propre analyse de la situation qui sévit dans le pays aujourd’hui, ils décident de s’engager et d’œuvrer pour sauver leur pays du danger imminent qu’il court, par ce billet. Ce qui est en soit, une avancée significative comme action et attitude citoyenne dans de pareilles circonstances, dans la vie d’un peuple, et également, dans la marche d’un pays au plan politique et en tant que république. Par conséquent, ils œuvrent pour, demain, un autre Sénégal meilleur à tout point de vue.

Mansour Sy Djamil qui a pris part aux Assises nationales depuis sa gestation, n’a jamais dissimulé ses positions sur la façon dont notre pays est conduit. Il a toujours été constant et cohérent dans ses prises de position. C’était son statut de fonctionnaire international, qui lui imposait un devoir de réserve, l’empêchait de se prononcer sur les questions politiques, mais, il n’a jamais été indifférent par rapport à la politique et surtout, celle qui se pratiquait dans son pays et au sommet de l’Etat.
Comme il est dit plus haut, ces trois mouvements convergent vers le même objectif mais, en dispersant leurs forces, ce qui n’est pas sur le plan stratégique et tactique, la meilleure méthode pour faire face et vaincre un même et commun adversaire. En effet, au lieu de s’additionner en tant que forces car l’union fait la force –Comme disait Youssou Ndour dans une de ses chansons « Mboloo moy doole »- ils se subdivisent inutilement et minorent ainsi l’efficacité de leur action, ce qui peut hypothéquer le résultat visé.
Bara Tall a permis aux Assises nationales de travailler dans les meilleures conditions possibles. Grâce aux locaux confortables et autres moyens mis à la disposition des Assises, les travaux des commissions se sont déroulés parfaitement durant un an. Cet acte patriotique, empreint de courage et de générosité ne laisse aucun patriote indifférent. Ceci est une des raisons majeures pour laquelle, le pouvoir et la famille Wade s’acharnent contre lui et malgré tout cela, Bara Tall, n’a, à aucun moment, douté de la pertinence des Assises et de ses objectifs, il les a accompagnées jusqu’à leur terme et adhère pleinement à ses conclusions sans point faillir.
Youssou Ndour, à ma connaissance, nous ne l’avons pas vu, ni entendu se prononcer pour ou contre les Assises nationales. Cette position de neutralité –souvent, celle de certains artistes populaires pour se mettre à l’abri de la répression- de l’époque a été rompue récemment par des prises de position nettes et claires sur la marche du pays et contre une certaine politique menée par le pouvoir en place. Ce qu’il dénonce comme méfaits, son combat pour la préférence de l’expertise nationale, la libre entreprise et le soutien constant que l’Etat doit accorder à nos opérateurs économiques etc.., toutes ces préoccupations essentielles sont prises en compte par les conclusions des Assises nationales. Il s’y ajoute, la raison fondamentale et pertinente évoquée pour créer son mouvement entre autres : un citoyen à part entière, libre de se prononcer sur tous les problèmes qui touchent son pays et qui ne doit pas être indifférent ou insensible aux souffrances de son peuple, surtout encore en tant qu’artiste populaire. (fekee mo ma ci boole) ou (book ci mo ma ci boole).

Alors, pour toutes ces raisons, et même pour celles non évoquées, il me semble être une erreur grave de stratégie, que de vouloir conduire séparément les trois mouvements, que du reste, tout unit, voguant parallèlement vers le même but. A mon humble avis, pour l’intérêt supérieur du peuple sénégalais, la raison simple mais majeure, commande aux différents initiateurs de faire la jonction de leurs mouvements qui convergent en un seul et, ils devront être aidés en cela sans réserve par tous les patriotes qui  adhèrent à l’idée.
Mansour Sy Djamil, étant l’ainé parmi les trois, je souhaiterais qu’il prenne l’initiative de rencontrer Bara Tall et Youssou Ndour en vue de la mise en œuvre sur le plan pratique, de cette idée d’unification. Cette suggestion, je le fais en tant que citoyen animé de bonne volonté et soucieux du devenir de notre pays. Connaissant l’humilité et la grandeur d’âme de Mansour comme on l’appelle familièrement, je suis d’avance convaincu qu’il ne ménagera aucun effort, pour le faire. Je pense aussi que Bara et Youssou répondront favorablement avec bienveillance à une telle démarche, dans l’intérêt bien compris du peuple sénégalais et la nation sénégalaise. C’est une attente justifiée de leur peuple qui repose sur leurs épaules.
En fédérant les 3 ou en les fondant en un seul, il deviendra plus puissant et ratissera plus largement. La synthèse de ces trois entités portera et exécutera avec les partis politiques qui le désirent et les patriotes de tout bord sans exclusive, le projet des conclusions des Assises nationales.
Faire autre chose que cela, c’est permettre consciemment ou inconsciemment encore à Me Wade et son camp, de nourrir l’illusion de vouloir continuer à diriger ce pays, qui est déjà à terre par sa faute, en attendant que nous sachions avec exactitude, l’immensité du fossé de bévues qu’il nous cache.
J’en appelle au patriotisme sans conteste des initiateurs de ces mouvements, pour qu’ils entreprennent dès maintenant et sans tarder, les démarches nécessaires, en vue de leur unification en une seule entité citoyenne, qui assurément, nous mènera vers une victoire certaine. Ceci, nous le devons à notre peuple suffisamment meurtri aujourd’hui et aux générations futures qui nous jugerons demain, sur ce que nous avions à faire et ce que nous avons effectivement fait.
L’opportunité des conclusions des Assises nationales, autour desquelles tous les patriotes de notre pays semblent adhérer, est à saisir, si nous ne voulons pas rater le train de l’histoire. Notre peuple est si fatigué, qu’il ne nous pardonnera pas de perdurer encore ses souffrances au-delà de 2012.
Le devoir citoyen  nous interpelle tous au plus haut point, en ces heures graves que vit notre pays sous Abdoulaye Wade. Je suis fondé à croire, qu’aucun d’entre nous, conscient de ses responsabilités citoyennes n’aura le droit de rester indifférent et sourd à cet appel, qui est ultime du reste.
Que Dieu nous assiste dans sa miséricorde et nous aide à baliser le chemin et à réaliser ce souhait ardent de la nation sénégalaise, car trop c’est trop !
Alors, adhérons massivement à cette initiative citoyenne. Plus nombreux nous serons, mieux ce sera. Nous avons l’impérieux devoir de serrer nos rangs en tant que patriotes et, le départ de Me Wade et son camp n’en sera que plus facile et vite réalisé.
Unis nous vaincrons ! Incha Allah !


Mandiaye Gaye
Gaye_mandiaye@hotmail.com