Après 40 années du Sénégal des cigales, prend place le SENEGAL des fourmis
travailleuses.
Une folie, galopante, met au rabais. Je m'en vais vous le prouver.
Une cigale, égarée au milieu des fourmis, rêvait de devenir le premier de
leurs Ministres ; deçu, il retrouva les siens, les cigales et ainsi s'exclama:"Il n'y a qu'une seule alternative: en finir avec le régime de Wade pour la consolidation de l'unité au sein de BENNOO CIGALE SENEGAL et l'appropriation des conclusions des assises nationales pour ouvrir une nouvelle ère de gouvernance économique, sociale et financière."
Tel est en, bref, le chant des cigales au sortir de leur réunion du bureau
politique du 15 Avril 2010 et publié dans le quotidien: L'OBSERVATEUR.
Cette attitude aveugle et illuminée de va-t-en guerre adoptée par les cigales en dit long quand à la volonté dictatoriale et monarchique d'appropriation du pouvoir par Bennoo Cigale Sénégal dont les assises constituent l'antidote même de la volonté et de l'encrage démocratique du peuple.
Nul besoin de faire un détour, pour qui connait l'homme et son Parti: historien de surcroît, il y a déjà tourné le dos pour se lancer dans des diatribes feutrées de délation, de falsification et de calomnies.
L'histoire retiendra, certes, qu'un "Grand historien" de cette trempe ignore tout de le RENAISSANCE et de la valeur patrimoniale et archéologique d'un Monument.
Puisqu'il est question de Monument de la renaissance africaine, parlons en sans détours.
Ce monument, symbole de la grandeur de l'homme africain à travers les temps et de sa volonté d'ouverture pourra t-il être le Monument de la discorde?
Que des hommes du Savoir détourne le sens des choses, contrairement à leur formation éducative de base et intellectuelle, à leur propre essence prouve en réalité leur degrés de mécréance, leur manque de foi.
Qui donc mieux qu'eux savent le sens de la renaissance au moment?
C'est, aujourd'hui, une fierté pour nous sénégalais de parler de renaissance africaine et de le symboliser sur nos terres d'ouverture au moment où le monde entier, plongé dans une situation profonde de crisesidentitaire, culturelle, économique et sociale se cherche. Nous savons qu'en la renaissance, nous trouvons réellement le socle nécessaire sur
lequel nous devons obligatoirement nous appuyer pour nous propulser vers un avenir d'épanouissement, fait de développement, une viatiquepour le peuple du futur africain.Aucun peuple, aucune nation ne peut se développer sans s'appuyer sur ses racines profondes qui, puisent leurs sources bien au delà des croyances,bien au delà des considérations matérielles et stériles, mais bien dans la nuit des profondeurs d'où jaillit la lumière, cette lumière qui ne
s'éteindra point: la croyance et la foi en soi, source de vitalité, de dépassement source réelle d'une Afrique renaissante.

    El Hadj Idrissa Traoré
  Secrétaire Général National du
 Pastef-Afrique
   E-mail: styleidi@yahoo.fr