Me WADE est convaincu qu’il a non seulement perdu la confiance des sénégalais, mais ne dispose plus de moyens physiques pour mener un troisième mandat en 2012 pour des raisons que nous savons tous. Pour s’assurer d’une meilleure protection post pouvoir contre tous les scandales politico-financiers qu’il traîne, Me WADE ne trouve pas meilleur que Idrissa SECK avec qui, il a en commun le détournement de deniers publics. Il ne faut pas en effet oublier que M. SECK avait déclaré publiquement lors d’une émission radio qu’il s’était servi des fonds politiques que le Président de la République lui avait confiés et rappelons-le, ces fonds ne sont rien d’autre que l’argent des contribuables sénégalais. Le maire de Thiès disait mot pour mot : « (…) Je ne me suis pas enrichi à la faveur du pouvoir. Les seules ressources que mon passage au pouvoir a mises à ma disposition et qui renforcent mes moyens d’intervention politique et sociale sont les fonds politiques que le Président lui-même m’a discrétionnairement alloués. J’ai déjà indiqué le code qui préside chez moi à leur redistribution : les proches, les orphelins, les indigents, les lourdement endettés, l’affranchissement des jougs, les voyageurs en détresse et ceux dont les cœurs sont à gagner à notre cause (…) ». Et, pour se faire une bonne conscience M. SECK se réfère au Coran en affirmant que « le livre m’a inspiré d’en dresser compte ». Quelle imposture doublée d’une ignorance du saint texte et les conséquences spirituelles qu’une telle interprétation malhonnête peut causer !

Dans la même lancée rappelons-nous les négociations secrètes entre Me WADE et Idrissa SECK lors de son incarcération à la prison de Rebeuss et qui ont abouti à sa libération. Dans son numéro du 13 novembre 2006, le journal Lequotidien révélait l’entretien que Me WADE avait eu avec Me Nafissatou DIOP, notaire de M. SECK et qui était relatif à ce qu’il convenait d’appeler le « Protocole de Rebeuss » en vue d’une libération d’Idrissa SECK. Selon le journal Me DIOP disait à Idrissa SECK lors de la visite qu’elle lui avait rendu à Rebeuss : « Le Président de la République m’a reçue au Palais, dans ses appartements privés du 2ème étage, en présence de Me Ousmane SEYE et de Alex NDIAYE (négociateur de Me WADE lors de la fronde des 12 députés PDS), qui sont venus me chercher chez moi pour m’y conduire. Le Président m’a dit ceci : Les enquêtes ont révélé que vous êtes la notaire de Idrissa SECK. J’ai un message pour lui. Il faut bien qu’il comprenne que si je le laissais avec ces gens-là, ce serait très grave. Ils lui ont déjà préparé Kédougou. Je sais qu’il a de l’argent. Il m’avait dit lui-même qu’il pouvait financer la campagne électorale de 2007. Alors il n’a qu’à le faire et toi tu t’en portes garante. Après, on pourra trouver une astuce juridique pour clore les dossiers. Tu es son amie. Tu pourras lui parler. Il a dû t’apprendre à enregistrer les conversations. Tu peux m’enregistrer si tu veux. Je ne comprends pas ce que je lui ai fait. Je lui ai tout donné : le parti, le pouvoir, l’argent. Il est mon fils. Je lui ai même dit que de tous ceux qui sont susceptibles de me remplacer, c’est lui le moins mauvais. Pourquoi m’a-t-il enregistré ? »
Dès lors, on peut comprendre aisément que le ticket WADE/Idy pour l’élection présidentielle de 2012 n’est pas un ticket d’amour, mais plutôt de raison et d’intérêt personnel. Car le Président de la République ne pardonnera jamais Idrissa SECK de « l’avoir trahi » et ce dernier ne tournera jamais non plus la page de ses sept mois de prison. C’est dire donc qu’une soi-disant réconciliation entre ces deux personnes ne relève que de l’hypocrisie et de la manipulation des sénégalais. De plus, l’ego démesuré qui caractérise leurs personnalités ne permettra pas de les réunir à nouveau. Il ne faut pas perdre de vue que même si Me WADE pourrait espérer ne pas être trop inquiété après son départ du pouvoir compte tenu de son âge très avancé et les valeurs qui sont les nôtres, il est conscient qu’il n’en sera pas de même pour sa famille et ses fayots.

Le plan d’entente illicite contre l’intérêt du peuple sénégalais entre WADE et Idy semble clair du fait des casseroles qu’ils traînent tous les deux. Ce plan peut être résumé comme suit : « tu soutiens ma candidature en 2012 et si je gagne je te passerai le pouvoir avec la garantie de n’inquiéter aucun membre de ma famille ; car tu sais que je n’aurai pas les facultés physiques de conduire un troisième mandat et je suis convaincu que tu es le moins mauvais pour me succéder ». Nous devons être conscients qu’ils sont prêts à concrétiser ce scandaleux deal avec tous les moyens, même les plus tordus et sanguinaires.

Cependant, il appartient à l’opposition et l’ensemble des forces vives de la nation sénégalaise de s’opposer vigoureusement à ce coup de force que WADE et Idy sont en train de concocter contre le Sénégal. Il faut absolument se réunir autour de l’essentiel et de se donner tous les moyens nous permettant de faire face à ce cancer que constitue ce pouvoir libéral et qui, si on y prend pas garde, risque de se généraliser. Ne soyons pas déstabilisés par cette bronca orchestrée depuis Thiès par les frères ennemis libéraux. Oublions nos petits intérêts individuels, les calculs politiciens et mettons de l’avant l’intérêt du Sénégal et des sénégalais.

J’en appelle enfin à la sagesse et au sens des responsabilités des leaders de l’opposition qui doivent prendre leurs responsabilités et créer les conditions d’une alternative en 2012 à ce pouvoir incompétent qui nous a causés beaucoup de torts depuis bientôt dix ans.

Mor DIEYE
mordieye@voila.fr